A La Une » Justice » Sète : excédé par le bruit, il avait tué ses deux voisins

Justice



Sète : excédé par le bruit, il avait tué ses deux voisins

dimanche 31 janvier 2016 à 12 h 32 min | Aucune réaction

Charles Pujol, 52 ans, reconnu coupable de l’assassinat de deux personnes en décembre 2012 à Sète, a été condamné ce samedi matin par la cour d’assises de l’Hérault à 30 années de réclusion criminelle.

Sa peine s’accompagne d’un suivi socio-judiciaire de six ans et d’une injonction de soins. Le procureur, qui avait requis 30 ans, a tenu compte de l’altération du discernement de monsieur Pujol au moment des faits.

Le drame s’était déroulé dans la nuit du vendredi 30 novembre au samedi 1er décembre 2012 dans un immeuble de l’impasse olympique, au quartier du Triolet, à Sète. Six adultes et un enfant de deux ans s’étaient réunis pour une fête d’anniversaire dans un appartement au second étage de la résidence Le Raphaël.

Vers 1h30 du matin, Charles Pujol, un voisin de palier dépressif et sous l’effet de médicaments, était venu leur demander de faire moins de bruit. Il était revenu avec un pistolet automatique de calibre 11.43 et avait tiré sans ménagement, à plusieurs reprises, sur les occupants.

Fabrice Reilles, 32 ans, et son cousin Michel Pepe, 42 ans, avaient succombé à leurs blessures. Mounir, 47 ans, et sa compagne Valérie, 44 ans, avaient été grièvement blessés. La dame avait reçu plusieurs balles dans le ventre et aux poumons. Son compagnon, touché par trois projectiles, est maintenant paralysé du pied gauche.

L’auteur de cette fusillade sanglante, employé au service de la collecte des encombrants de l’Agglo du Bassin de Thau, affirme avoir été dans un état second lorsqu’il a tiré sur ses voisins. Il explique avoir pris des anxiolytiques et des antidépresseurs à cette époque, car il ne dormait plus depuis que ses horaires de travail avaient été modifiés.

Passionné d’armes et de chants militaires allemands, Pujol est décrit comme étant fragile, dépressif et immature. Les experts évoquent un sentiment d’infériorité chez cet homme de 52 ans. Six armes avaient été retrouvées à son domicile.

L’accusé encourait la perpétuité, mais les jurés ont retenu l’altération du discernement.


Termes relatifs à cette page: , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


sept + deux =









Connexion