A La Une » Société » Barbès : un poste de police attaqué, le terroriste abattu

Société



Barbès : un poste de police attaqué, le terroriste abattu

vendredi 8 janvier 2016 à 8 h 04 min | Aucune réaction

Un kamikaze armé d’un hachoir a tenté de se jeter sur des policiers en hurlant le fameux takbîr « Allahu akbar » ce jeudi matin dans le quartier de la Goutte-d’Or, à Barbès (Paris-18e).

L’individu, du nom de Sallah Ali, portait un document sur lequel il prête allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de Daesh. Il avait sur lui une fausse ceinture d’explosifs et un hachoir de boucher. Les policiers l’ont abattu.

Il était onze heures et demie ce jeudi 7 janvier quand un homme d’environ 20 ans s’est rué sur les agents en faction devant le commissariat du 18ème arrondissement de Paris. Brandissant une arme blanche à la main, il a crié « Allahu akbar ».

Le terroriste a refusé d’obéir aux sommations d’usage. Les policiers ont dû faire usage de leurs armes pour le maîtriser. Au moins six coups de feu ont été tirés. Le kamikaze a été mortellement atteint et s’est écroulé sur le trottoir.

Très rapidement, le quartier de la Goutte-d’Or a été bouclé par les forces de l’ordre. Le prétendu djihadiste avait un fil électrique qui dépassait de son blouson, laissant penser à une ceinture d’explosifs. Les démineurs sont intervenus. La bombe était en réalité factice.

Sur le papier retrouvé dans sa poche, l’assaillant explique, en arabe, avoir agi pour venger les morts en Syrie et revendique cette attaque au nom du groupe état islamique. Ses empreintes digitales correspondent à celles d’un homme s’appelant Salah Ali, un marocain de 20 ans né à Casablanca.

Il a été identifié comme étant un sans domicile fixe qui squattait sur Cogolin quelques années plus tôt. En 2013, il avait été arrêté par les gendarmes pour un vol de lunettes à Sainte-Maxime (Var).

Le parquet anti-terroriste de Paris a été saisi de l’affaire.


Termes relatifs à cette page: , , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ un = trois









Connexion