A La Une » Justice » Accusé d’avoir tué Anne Barbot : le couple diabolique reconnu coupable

Justice



Accusé d’avoir tué Anne Barbot : le couple diabolique reconnu coupable

mardi 26 janvier 2016 à 10 h 00 min | Aucune réaction

Didier Barbot, le mari de la victime, et sa maîtresse Stéphanie Livet, reconnus coupables d’avoir prémédité le crime, ont été condamnés respectivement à 30 et 25 ans de réclusion criminelle ce lundi soir.

Ils étaient jugés par la cour d’assises de Loire-Atlantique pour le meurtre d’Anne Barbot, étranglée le 15 mars 2013 dans son garage à Vritz, puis brûlée dans une voiture à la lisière d’un bois, près de Saint-Michel et Chanveaux.

Les peines de réclusion prononcées par les jurés sont conformes aux réquisitions de l’avocat général, qui a estimé que le mari était à l’origine de la préparation du guet-apens et de l’assassinat. A l’énoncé du verdict, les amants meurtriers sont restés muets dans leur box.

Lors de son arrestation, fin novembre 2013, Didier Barbot avait déclaré aux enquêteurs qu’il ne pouvait pas dire à son épouse qu’il souhaitait la quitter. Avec Stéphanie, sa maîtresse depuis deux ans, ils avaient donc prémédité et organisé la tragique disparition d’Anne Barbot.

Le vendredi 15 mars au soir, Stéphanie, aide-soignante de 38 ans, et son amant avaient attendu patiemment le retour d’Anne, 38 ans aussi, qui travaillait au Super U de Candé. Après l’avoir frappée à coups de bûche, ils l’avaient étranglée avec un lien agricole. Puis ils avaient transporté son corps dans une voiture, l’incendiant ensuite dans une foret près de Saint-Michel-et-Chanveaux.

Le lendemain, son mari avait fait croire à une disparition. Pour cela, il avait éparpillé dans la nature divers objets appartenant à sa femme, pour brouiller les pistes.

L’enquête minutieuse avait notamment mis au jour près de 75 textos échangés par les deux accusés le jour du meurtre, avant un arrêt brutal de leurs communications le lendemain.

Puis les téléphones portables de la victime et de Stéphanie avaient, au même moment, vers 00h30 la nuit des faits, déclenché des relais près de la forêt où le cadavre avait été découvert.


Termes relatifs à cette page: , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


sept + un =









Connexion