A La Une » Justice » Abbeville : 15 ans de prison pour avoir poignardé son concubin

Justice



Abbeville : 15 ans de prison pour avoir poignardé son concubin

vendredi 8 janvier 2016 à 8 h 44 min | Aucune réaction

Daniel Macquet, 57 ans, est mort fin avril 2013 après avoir reçu 21 coups de couteau lors d’une violente dispute avec sa compagne dans son logement, rue des Drapiers à Abbeville (Somme).

Graziella Pottiez, aujourd’hui âgée de soixante ans, a été reconnue coupable de meurtre aggravé. A la majorité absolue, les jurés de la cour d’assises l’ont condamnée à 15 années de réclusion criminelle, sans peine de sûreté.

Le matin du jeudi 25 avril 2013, une nouvelle dispute avait éclaté entre Graziella et son compagnon. Daniel Macquet se trouvait à l’étage lorsqu’il avait reçu plusieurs coups de couteau. Alors qu’il était descendu pour appeler les secours, sa dame furieuse s’était acharnée sur lui.

Puis elle avait aussitôt rappelé le Samu en indiquant qu’il s’agissait d’une erreur. Jusqu’au soir à 21 heures, elle était restée au côté du cadavre de son compagnon. Aux enquêteurs de l’époque, elle avait affirmé avoir voulu se suicider.

L’autopsie avait révélé que le défunt avait reçu pas moins de 21 coups de lame sur tout le corps. « J’étais dans un état second. Je voyais mon bras se lever, mais je ne me rendais pas compte que c’était moi » a expliqué l’accusée à la barre.

Deux mois et demi avant le drame, Graziella Pottiez avait perdu son fils de 35 ans, décédé d’une maladie. Elle s’était alors replongée dans l’alcool.

Les experts, qui ont admis qu’elle souffrait de troubles psychologiques, ont maintenu que son discernement au moment des faits n’était ni altéré, et encore moins aboli.

La meurtrière avait rencontré Daniel en 2004, dans un bar d’Abbeville. Un an plus tard, elle avait été condamnée pour lui avoir donné un coup de couteau dans la cuisse.

Epileptique depuis l’adolescence, Graziella a sombré très tôt dans la dépression et l’alcool, une période noire qui la conduira à faire plusieurs tentatives de suicide.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


sept + deux =









Connexion