A La Une » Faits Divers » Meurtre » Loire : il aurait découpé sa femme et jeté son corps dans la rivière

Meurtre



Loire : il aurait découpé sa femme et jeté son corps dans la rivière

vendredi 18 décembre 2015 à 9 h 22 min | Aucune réaction

Le 9 septembre dernier, un corps en plusieurs morceaux était retrouvé flottant dans un sac poubelle au barrage de Soulage, près de Saint-Chamond (Loire).

La victime, une Nigériane de 28 ans, était portée disparue depuis février 2014. Les enquêteurs pensent que c’est son mari qui l’a tuée puis découpée en deux avant de jeter les restes dans l’eau. Présenté jeudi au juge d’instruction, il a été mis en examen et incarcéré.

Le mercredi 9 septembre, un sac en plastique était découvert par des promeneurs, flottant à proximité de ce barrage du massif du Pilat. A l’intérieur, se trouvait un corps humain coupé en deux au niveau de la taille. L’état de décomposition du cadavre indiquait qu’il avait séjourné plusieurs semaines, voire plusieurs mois, à l’intérieur des sacs immergés.

Grâce aux prélèvements ADN, les enquêteurs ont pu identifier la victime. Il s’agissait d’une jeune maman de 28 ans, disparue depuis près d’un an et demi. En février 2014, son époux avait en effet signalé sa disparition, alors que le couple vivait à La Ricamarie.

Le mari, originaire du Sierra Leone, a été arrêté ce mardi dans la région de Saint-Etienne. Placé en garde à vue, cet homme de 42 ans nie totalement les faits. Mais les enquêteurs ont suffisamment d’éléments à charge. Mis en examen pour homicide volontaire aggravé, il est aussitôt conduit en détention provisoire.

Le parquet a ordonné le placement des trois enfants de la jeune Nigériane. L’accusé, également père de 3 autres enfants, avait déjà été condamné pour des violences conjugales en 2011 commises sur son ancienne compagne.


Termes relatifs à cette page: , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


deux + six =









Connexion