A La Une » Justice » Puy-de-Dôme : égorgé pour une dette de 20 euros

Justice



Puy-de-Dôme : égorgé pour une dette de 20 euros

jeudi 19 novembre 2015 à 9 h 43 min | Aucune réaction

Benjamin Jarry, jugé pour le meurtre de Jean-Marc Foury, a été condamné ce mercredi à huit années de réclusion criminelle par la cour d’assises de Riom.

Après trois heures de délibérés, les jurés l’ont reconnu coupable d’avoir volontairement donné la mort à cet homme de 36 ans, en le tuant d’une dizaine de coups de couteau. L’avocate générale avait requis dix ans de réclusion.

Le mardi 12 novembre 2013, Jean-Marc Foury, qui avait alors consommé du cannabis et de l’héroïne, s’était rendu au domicile de Jarry à Perrier (Puy-de-Dôme). Pour une banale histoire de 20 euros, le trentenaire avait été poignardé à mort. Il avait reçu une dizaine de coups de lame, notamment à la gorge.

Le meurtrier, alors âgé de 26 ans, avait ensuite dissimulé le corps de sa victime durant quatre jours dans la cave de sa maison. Puis le samedi, il avait enterré le cadavre dans un ravin, à Saint-Yvoine. Le vendredi suivant, il s’était rendu à la gendarmerie, où il avait tout avoué.

A la barre, comme tout au long de l’instruction, Benjamin Jarry a affirmé avoir eu peur. « Foury avait les yeux révulsés. Il était comme fou ». Alors il l’a frappé avec son couteau de cuisine. Jusqu’à ce que mort s’ensuive.

L’ancienne compagne de la victime parle d’un homme très violent. « Il me frappait, m’attachait nue et me laissait parfois comme ça toute la nuit. Il me violait au moins une fois par semaine […] Je crois qu’il entendait des voix ».

Jean-Marc Foury, un habitant d’Issoire, était reconnu schizophrène et sous traitement. « Quand il était en crise, il ne se contrôlait plus » explique son beau-père. Grand consommateur d’héroïne, il avait même été condamné à plusieurs reprise pour trafic de drogue.

Benjamin Jarry, reconnu coupable par la cour d’assise, écope donc de 8 ans ferme pour homicide volontaire. Pour le moment, le condamné ne semble pas vouloir faire appel.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


un + = six









Connexion