A La Une » Faits Divers » Agression » Lons-le-Saunier : les amants diaboliques mis en examen

Agression



Lons-le-Saunier : les amants diaboliques mis en examen

lundi 16 novembre 2015 à 8 h 28 min | Aucune réaction

Dans cette triste histoire, un homme d’affaire lyonnais, victime d’une violente agression lors d’une rencontre libertine, s’est donné la mort. Quatre jeunes gens ont été déférés au parquet dimanche matin puis mis en examen.

Dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 novembre dernier, un chef d’entreprise de 53 ans, résidant à Lyon, devait rejoindre un très jeune couple sur la commune de Lons-le-Saunier (Jura).

Il avait fait leur connaissance suite à une petite annonce passée sur un site de libertinage. Les deux jeunes fiancés, âgés de 16 et 18 ans, devaient faire l’amour devant lui. Mais la rencontre a mal tourné. Le jeune garçon a tenté de tuer son client en lui plantant un couteau dans la gorge. Après lui avoir volé 700 euros et sa carte bancaire, l’agresseur s’est enfuit avec sa petite amie.

Le quinquagénaire a réussi à reprendre le volant de sa voiture pour aller jusqu’à la station essence de l’aire d’autoroute de La Bresse, dans l’Ain. C’est sur ce parking que les gendarmes l’ont retrouvé ensanglanté. Hospitalisé, l’entrepreneur, qui employait 70 salariés, s’est suicidé deux jours plus tard en se pendant dans sa chambre.

Rapidement identifiés, les jeunes amants auteurs de ce piège sanglant, ont été interpellés le jeudi 12 novembre. En garde à vue, le couple se défend, affirmant que la victime aurait voulu « aller plus loin ». Ce qui ne correspond pas à la version livré par l’homme d’affaire aux gendarmes avant qu’il ne mette fin à ses jours.

Les enquêteurs pensent plutôt à un traquenard. Le garçon et la mineure ont été présentés à un juge samedi soir. Inculpés pour tentative de meurtre et extorsion aggravée, ils ont été écroués dimanche matin à la maison d’arrêt de Besançon.

Deux autres personnes, une mineure de 16 ans et un jeune de 18 ans soupçonnés d’avoir fait disparaître l’arme ayant servi à l’agression, ont été mises en examen pour dissimulation de preuves puis laissées libres sous contrôle judiciaire.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


sept + = seize









Connexion