A La Une » Faits Divers » Suicide » Agriculteur abattu à Camurac : le suspect s’est donné la mort

Suicide



Agriculteur abattu à Camurac : le suspect s’est donné la mort

samedi 5 septembre 2015 à 9 h 35 min | Aucune réaction

L’associé qui aurait tué Olivier Bedos ce vendredi dans sa bergerie à Camurac (Aude) a mis fin à ses jours le soir-même à quelques centaines de mètres de son domicile près de Montaillou, dans l’Ariège.

Les deux éleveurs avaient un litige sur leur groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC). Une violente altercation entre les deux hommes aurait eu lieu juste avant le drame. Le suspect se serait tiré une balle dans le ventre.

Ce vendredi 4 septembre aux alentours de 13 heures, des coups de feu ont retenti dans une petite bergerie située au lieu-dit le Pech de Sarasic, sur la commune de Camurac. Olivier Bedos, 43 ans et père de trois enfants, venait d’être abattu au fusil de chasse alors qu’il se trouvait au volant de sa voiture.

Les secours, alerté par un riverain, ont tout tenté pour le sauver. Le père de famille est malheureusement décédé quelques minutes plus tard. Les gendarmes ont aussitôt mis en place des barrages pour arrêter le suspect, qui avait pris la fuite à bord d’un 4×4 blanc. Un hélicoptère a traqué le fugitif jusqu’à la tombée de la nuit.

Mais en fin de soirée, l’auteur présumé du meurtre s’est donné la mort en se tirant une balle en plein ventre, près de sa ferme sur la commune de Montaillou.

D’après les premiers éléments, les deux éleveurs, qui avaient un différend financier portant sur leur exploitation, se serait violemment disputés. L’associé serait venu armé d’un fusil pour réclamer des comptes. Puis il aurait tué Olivier Bedos avant de s’enfuir.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ neuf = dix









Connexion