A La Une » Faits Divers » Meurtre » Perpignan : l’ancien magasinier avoue un nouveau meurtre

Meurtre



Perpignan : l’ancien magasinier avoue un nouveau meurtre

mardi 9 juin 2015 à 10 h 39 min | Aucune réaction

Jacques Rançon, déjà mis en examen pour le viol et l’assassinat de Moktharia Chaïb, a reconnu spontanément ce lundi avoir tué Marie-Hélène Gonzalez en juin 1998.

Nouveau rebondissement inattendu dans l’affaire dite des « disparues de Perpignan ».

Cet homme de 54 ans est-il le fameux tueur en série recherché depuis toutes ces années ? En garde à vue, il aurait avoué ce second crime.

Le suspect, qui affiche un lourd passé de délinquant sexuel, avait été interpellé en octobre dernier à son domicile du Moyen-Vernet. Confondu par son ADN, pour l’affaire Mokhtaria, il avait alors reconnu avoir tué l’étudiante de 19 ans dans le quartier de la gare.

Interrogé la semaine dernière, il avait également reconnu être l’agresseur d’une jeune fille en mai 1998, toujours dans le même quartier. Mais celle-ci avait pu s’enfuir grâce à l’intervention d’une riveraine.

A nouveau placé en garde à vue ce lundi, Jacques Rançon a finalement avoué le meurtre de Marie-Hélène Gonzalez, une jeune femme de 22 ans dont le corps avait été retrouvé atrocement mutilé en juin 1998.

Rançon, originaire de Hailles (Somme), travaillait à l’époque comme cariste-magasiner en intérim au marché Saint-Charles et logeait dans des hôtels. Il avait fait partie de la centaine de suspects interrogés par les enquêteurs. Il devrait être mis en examen pour ce second crime.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ huit = seize









Connexion