A La Une » Faits Divers » Meurtre » Montpellier : elle étrangle sa fille malade et prévient sa voisine

Meurtre



Montpellier : elle étrangle sa fille malade et prévient sa voisine

jeudi 25 juin 2015 à 17 h 36 min | Aucune réaction

Une femme de 38 ans atteinte d’une maladie incurable a été tuée par sa mère le 14 juin dernier dans un appartement de la rue Henri-Mares, à Montpellier.

Mais ce n’est que mardi 23 juin au soir que la retraitée de 63 ans est allée rencontrer une voisine pour tout lui raconter. La sexagénaire aurait abrégé les souffrances de sa fille qui avait une sclérose en plaques paralysante.

Pour y parvenir, elle l’aurait étranglé il y a une dizaine de jours. Après ce terrible récit, la voisine a aussitôt alerté la police qui a découvert le cadavre, et la Montpelliéraine a été interpellée. Interrogée en garde à vue, elle a expliqué avoir agi à la demande de sa fille.

Les premiers résultats de l’autopsie semblent corroborer les déclarations de la mère sur la manière dont le crime a été commis. Mais aucune preuve sur la volonté de partir de sa fille. La sexagénaire dit avoir ensuite tenté de se donner la mort, mais elle n’y est pas parvenue. Elle est donc restée au côté du corps de sa fille durant tout ce temps.

Selon les débuts de l’enquête, la retraitée et sa fille vivaient quasiment recluses dans leur appartement. La mère semble souffrir d’un syndrome de Diogène, trouble qui consiste à accumuler un très grand nombre d’objets chez soi.

La brigade criminelle de Montpellier est chargée de l’enquête. Déférée au parquet ce jeudi, la suspecte devrait être mise en examen pour assassinat.


Termes relatifs à cette page: , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ deux = six









Connexion