A La Une » Faits Divers » Meurtre » Homicides dans une ferme de la Nièvre : le suspect court toujours

Meurtre



Homicides dans une ferme de la Nièvre : le suspect court toujours

lundi 25 mai 2015 à 10 h 30 min | Aucune réaction

Gérard Lardrot, soupçonné d’avoir tué deux personnes à coups de fusil lundi dernier dans une exploitation agricole près de Magny-Cours, reste introuvable.

Une cinquantaine de gendarmes sont déployés pour traquer le meurtrier présumé. Mais une semaine après le double meurtre, toujours aucune trace du suspect. Les recherches vont être élargies aux départements voisins du Cher et de l’Allier.

Lundi 18 mai aux alentours de 22 heures, Marie-Christine Bellanger, 61 ans, et son ami Jean-Marie Simonin, un agriculteur de 50 ans, sont abattus au fusil de chasse sur le domaine de Fonsegré, une exploitation située près de Magny-Cours (Nièvre). Pierre Michot, l’ex-mari de la propriétaire des lieux, est grièvement blessé à la tête.

L’homme qui vient de commettre ce massacre serait Gérard Lardrot, un ancien associé et ex-amant de madame Bellanger. Cet homme de 42 ans s’est séparé d’elle pour se mettre en couple avec une jeune femme de 28 ans.

C’est elle qui, arrivant sur place, a tenté de le raisonner pour qu’il se rende après la tuerie. Mais l’individu armé a pris la fuite au volant d’une Citroën C3 bleue. Depuis, les gendarmes mènent une véritable chasse à l’homme.

Un hélicoptère de la Section aérienne de Dijon ainsi qu’une équipe cynophile sont arrivés en renfort dès mardi matin. Mais les recherches sont restées vaines. Ce lundi, les investigations sont étendues aux départements du Cher et de l’Allier.

Un différend d’ordre privé

D’après les premiers éléments, Lardrot était associé à Marie-Christine Bellanger pour la gestion du domaine. Mais suite à leur séparation, cette dernière a décidé de liquider la société. Le partage des biens se serait mal passé, Lardrot n’héritant que d’une simple bétaillère.

Il l’aurait très mal pris et serait revenu le soir-même avec un fusil de chasse. On connait malheureusement la suite… L’enquête, confiée initialement à la brigade de recherches de Nevers, pourrait être transférée au pôle d’instruction de Bourges.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ deux = huit









Connexion