A La Une » Faits Divers » Meurtre » Algérien tué au foyer de Villeurbanne : le suspect sous les verrous

Meurtre



Algérien tué au foyer de Villeurbanne : le suspect sous les verrous

mardi 5 mai 2015 à 10 h 26 min | Aucune réaction

Ahmed Boukazzoula, qui aurait tué un vieil homme ce week-end lors d’une bagarre dans une résidence Adoma à Villeurbanne, a été mis en examen pour homicide volontaire puis écroué.

Le samedi 2 mai au soir, une dispute entre deux voisins de chambre qui ne se supportaient plus s’est conclue dans un bain de sang. Chez le suspect, les policiers ont découvert une arme et un impressionnant stock de munitions.

Le drame s’est déroulé dans une résidence ADOMA (anciennement SONACOTRA) située 84 rue de la Poudrette, à Villeurbanne. Dans cet établissement d’hébergement collectif, résident notamment d’anciens travailleurs migrants venus d’Algérie. Tous à l’allure paisible. Sauf que samedi soir, l’un d’entre eux, fortement alcoolisé, s’est battu avec l’un de ses compatriotes.

Aux alentours de 21 heures, les résidents du foyer se trouvaient dans la salle commune, où se préparent les repas. Ahmed Boukazzoula, 71 ans, et un autre retraité algérien de 78 ans se seraient disputés et échangés plusieurs coups de poings. Les pensionnaires présents à cet instant, sans doute terrorisés par l’allure que prenait l’altercation, ont préférés s’esquiver pour aller se réfugier dans une chambre.

Le coup fatal

C’est à ce moment qu’une forte déflagration a retenti. Le plus âgé a reçu une décharge de fusil de chasse en pleine poitrine. Le retraité, s’écroulant dans une mare de sang, est mort sur le coup. Les secours, rapidement avertis par les autres locataires, n’ont rien pu faire.

Boukazzoula, qui vient de tuer son voisin lors d’un geste irréparable, a attendu sur place l’arrivée de la police. Le vieil homme s’est rendu sans esclandre. Interpellé en état d’ivresse, il a aussitôt été placé en cellule de dégrisement.

Un arsenal et des reproches

En perquisitionnant sa chambre, les enquêteurs ont retrouvé l’arme du crime, un vieux fusil de chasse. Mais ils sont également tombés sur un stock plutôt inattendu: environ 200 cartouches, que le septuagénaire entreposait soigneusement dans son lieu d’habitation.

Lors de sa garde à vue, le meurtrier présumé a expliqué qu’il résidait au foyer depuis de nombreuses années, et qu’il n’y avait aucune histoire. Puis, il y a un an et demi, un nouveau pensionnaire est arrivé. Ce dernier ne cessait de lui reprocher sa consommation excessive d’alcool.

Les deux chibanis se seraient donc étripés lors d’une énième dispute. Avant que le drame ne finisse de façon tragique. Les raisons exactes du contentieux restent toutefois à déterminer.

Déféré au parquet ce lundi après-midi, Ahmed Boukazzoula a été inculpé d’homicide volontaire puis placé en détention préventive.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


sept + = seize









Connexion