A La Une » Faits Divers » Agression » Albert : proche de la mort après avoir été battu à coup d’haltères

Agression



Albert : proche de la mort après avoir été battu à coup d’haltères

mardi 5 mai 2015 à 19 h 51 min | Aucune réaction

Un sexagénaire a été sauvagement agressé par un jeune du quartier ce mardi en fin d’après-midi au pied de son immeuble, à Albert, dans le département de la Somme.

Il était environ 17 heures quand un jeune toxicomane, haltères aux poings, s’est jeté sur cet habitant qui fumait tranquillement et l’a violemment frappé. Alors que sa victime était inconsciente au sol, il s’est acharné sur elle.

Que s’est-il précisément passé ce mardi 5 mai dans le quartier situé rue de l’Ancre, au nord de la ville ? D’après les premiers éléments, le jeune drogué, qui vivait dans cet immeuble de la SIP depuis seulement trois mois, recherchait son chat depuis le début d’après-midi.

Pieds nus et torse nu, il s’était présenté chez une résidente en affirmant que celle-ci cachait son chat dans son coffre. Il n’était visiblement pas dans son état normal. Elle a alors appelé à l’aide. Le marginal s’est enfuit. Devant l’entrée du hall de l’immeuble, il a ensuite croisé un homme d’une soixantaine d’années.

Pour une raison encore inexpliquée, il s’en est pris à lui. Muni de petites haltères, le toxico l’a frappé à plusieurs reprises au visage, jusqu’à ce qu’il s’effondre à terre. Alors que le sexagénaire ensanglanté gisait inanimé, il s’est encore acharné sur lui. Avec une rare violence.

Les gendarmes, prévenus par des riverains, se sont aussitôt rendus sur place. Ils ont maîtrisé le délinquant et l’ont menotté avant de l’emmené à la brigade. Une perquisition a eu lieu au domicile de l’agresseur. Le chat, ainsi que divers objets ont été saisis.

L’homme de 60 ans, très gravement blessé au niveau de la tête, a été évacué vers le centre hospitalier. Il est ce soir dans un état de mort cérébrale. S’il venait à décéder, le suspect serait poursuivi pour homicide.

L’agresseur est en ce moment dans les locaux de la gendarmerie. Un médecin devait l’examiner en début de soirée et déterminer si son état de santé est compatible ou non avec une garde à vue.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ un = quatre









Connexion