A La Une » Justice » Petite fille brûlée vive à Gien : 20 ans de prison pour la mère

Justice



Petite fille brûlée vive à Gien : 20 ans de prison pour la mère

samedi 18 avril 2015 à 9 h 28 min | Aucune réaction

Béatrice Guido, accusée d’avoir assassiné sa fille de 3 ans en décembre 2010, a été condamnée à 20 ans de réclusion criminelle ce vendredi par la cour d’Assises du Loiret.

Sa peine est assortie d’une période de sûreté des deux tiers, d’un suivi socio-judiciaire pendant 10 ans ainsi que d’une injonction de soin. Les jurés ont retenu que le discernement de l’accusée était altéré au moment des faits.

Le lundi 6 décembre 2010, Béatrice Guido, 35 ans, et sa fille Chloé, 3 ans, quittaient leur domicile de Villeblevin, dans l’Yonne, avant de disparaître. Le soir-même, Cédric Faugier, le papa de l’enfant, signalait leur disparition à la gendarmerie.

Grâce aux images de vidéosurveillance d’une station-service de Beaune, les enquêteurs réussissaient à localiser la mère. Le vendredi 10 décembre 2010, ils retrouvaient la voiture incendiée à la sortie de Gien, dans le Loiret, avec à l’intérieur du coffre le corps carbonisé de la fillette.

L’enquête avait démontré que Béatrice avait erré toute la semaine en étant sous l’emprise de l’alcool. Avant de mettre le feu à sa voiture, elle avait tenté d’étrangler sa fille. La petite Chloé avait subi violences et privations durant cinq jours avant d’être brûlée vivante.

La mère, qui avait déjà tenté de mettre fin à ses jours en 2009, avait été hospitalisée en raison de son état dépressif. Cette ancienne conseillère d’éducation devait répondre d’assassinat, précédé ou accompagné d’actes de torture et de barbarie, ainsi que de tentative de meurtre.

A l’issue des délibérations, les jurés ont estimé que le discernement de l’accusée était altéré au moment des faits par son état de santé mental, mais non aboli. En raison de ses troubles bipolaires, elle a bénéficié de circonstances atténuantes.

Béatrice Guido écope donc de 20 ans de réclusion. Elle devra effectuer un suivi et des soins durant dix ans. Elle a également interdiction d’exercer à sa sortie des activités dans la fonction publique.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


quatre + quatre =









Connexion