A La Une » Faits Divers » Disparition » Disparition d’Alessia et Livia : où en sont les enquêteurs ?

Disparition



Disparition d’Alessia et Livia : où en sont les enquêteurs ?

mardi 7 avril 2015 à 14 h 42 min | Aucune réaction

L’enquête sur les petites jumelles âgées de 6 ans, disparues depuis janvier 2011, a connu de multiples rebondissements. Mais qu’en est-il exactement aujourd’hui ? Sont-elles encore vivantes ?

La dernière piste faisait état d’une lettre anonyme reçue par des médias italiens. Un inconnu affirmait que les petites filles n’avaient pas été tuées par leur père. Les investigations ont poussé des journalistes jusqu’au Canada…

La rédaction de « Chi l’ha visto », une émission populaire en Italie, a reçu une lettre anonyme en février dernier. Dans la missive, l’auteur affirme que les « jumelles sont vivantes » et que leur père les a envoyées à l’étranger. « J’ai travaillé dans l’atelier qui a imprimé leurs faux passeports », écrit-il.

D’après les spécialistes, la lettre envoyée depuis Bari n’est pas écrite par un italophone, en raison d’une faute d’orthographe inconcevable. Mais la piste est pour autant prise au sérieuse. L’inconnu indique que les jumelles pourraient vivre dans deux villes canadiennes distinctes. La police vaudoise a donc pris contact avec leurs homologues d’Interpol Ottawa.

Un trafic d’êtres humains ?

La lettre en question donne le nom de l’imprimerie et de son dirigeant, ainsi que la ville à proximité de laquelle elle est située, à savoir Cerignola, dans les Pouilles (région où la mafia italienne est omniprésente). La chaîne de télévision italienne a donc consacré une émission à la disparition des sœurs Alessia et Livia. Remontant la piste jusqu’à cette ville.

Ce témoin capital sous-entend que l’entreprise dont il parle est au cœur d’un vaste trafic humain, où les acteurs de premier plan sont des « gens de l’Est » et des « personnes de couleur ».

Simple coïncidence si cette lettre a été postée dans cette commune ? C’est pourtant là où Matthias Schepp, le père des petites, s’est rendu lors de son périple inexpliqué qui l’a mené de Saint-Sulpice à Marseille, puis à Propiano, en Corse, et enfin en Italie, où il s’est donné la mort.

Pour rappel, le 3 février 2011, Matthias Schepp s’était donné la mort en se jetant sous un train à Cerignola, au sud de l’Italie. Auparavant, il avait envoyé une lettre à sa femme dans laquelle il assurait avoir tué les deux enfants.

La police Suisse avait confirmé que le 27 janvier, le père de famille avait consulté plusieurs sites internet consacrés au suicide et aux techniques d’empoisonnement, mais aussi les horaires des bateaux pour la Corse.

Dans une autre lettre postée le 1er février depuis la banlieue de Toulon, l’homme avait fait état de son projet meurtrier à sa femme Irina, en écrivant : « Elles reposent désormais en paix, elles n’ont pas souffert ». Etait-ce pour la décourager d’entreprendre des recherches ? Pour lui faire du mal ? Pour brouiller les pistes ?

En septembre dernier, l’enquête avait conduit à une descente de police dans un camp rom entre Nuoro et Oristano, en Sardaigne. En vain.

De nouvelles pistes ?

Quoiqu’il en soit, suite aux informations révélées par la chaine italienne, la chaîne de télévision canadienne CTV (Canada), a consacré un reportage sur le sujet. Plusieurs habitants ont contacté les journalistes en affirmant avoir reconnu Alessia et Livia. La Police d’Ottawa, pour sa part, déclare ne pas avoir encore reçu de demande d’entraide de la police italienne. Bizarre ?

Un élément parait pourtant troublant. Sur Matthias Schepp, qui était en possession des photocopies des faux passeports des fillettes, aucune copie des vrais papiers officiels n’a été retrouvée. Autre élément qui interpelle : que sont devenus les milliers d’euros retirés par le père de famille dans le sud de la France ?

A ce jour, « aucun élément tangible ne nous permet de savoir si les deux petites sont en vie » se contentent de dire les autorités en charge de l’enquête. Aura-t-on espoir un jour d’annoncer une bonne nouvelle. En tout cas, je l’espère….

*Voir toute l’affaire sur la disparition des jumelles.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ cinq = onze









Connexion