A La Une » Faits Divers » Meurtre » Cadavre calciné près d’Orléans : la victime se sentait menacée

Meurtre



Cadavre calciné près d’Orléans : la victime se sentait menacée

lundi 20 avril 2015 à 11 h 26 min | Aucune réaction

Karim Khemali, 32 ans, a été retrouvé mort brûlé dans une valise le 30 mars dernier sur les bords du fleuve à La Chapelle Saint-Mesmin (Loiret).

Quelques jours seulement avant que son corps carbonisé ne soit découvert, le jeune homme avait porté plainte à Limoges pour des faits de violences et de séquestration. Depuis, il se sentait menacé.

Le lundi 30 mars, aux environs de 9 heures, un joggeur avait découvert un cadavre dans un sous-bois, chemin des Grèves à La Chapelle-Saint-Mesmin, au sud-ouest d’Orléans. La victime, enfermée dans une valise, était entièrement brûlée. Sur la scène de crime, les enquêteurs n’avaient retrouvé aucun liquide inflammable, ni bidon d’essence.

L’autopsie menée à l’institut médicolégal de Tours a mis en évidence que la victime avait été assassinée avant que les tueurs mettent le feu à la valise, sans doute pour effacer toutes les traces. La valise en question aurait été utilisée uniquement pour transporter le cadavre. Reste à déterminer où le meurtre a eu lieu.

La piste d’un règlement de comptes

L’enquête dirigée par la DIPJ d’Orléans a ensuite permis d’établir l’identité du jeune homme. Il s’agit de Karim Khemali, un trentenaire d’apparence sans histoires, qui résidait dans un appartement de la rue Delescluze, à Limoges.

D’apparence seulement, car au courant du mois de mars, il avait déposé plainte après avoir été séquestré puis tabassé pour une dette supposée liée à une histoire de drogue.

Depuis, il ne se sentait pas tranquille. Avait-il reçu des menaces ? Les violences qu’il a subies sont-elles liées au crime qui a suivi ? Le parquet a ouvert une instruction pour homicide volontaire, et l’enquête s’annonce compliquée.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ trois = sept









Connexion