A La Une » Faits Divers » Meurtre » Prostituée massacrée à Epinal : le suspect passe aux aveux

Meurtre



Prostituée massacrée à Epinal : le suspect passe aux aveux

samedi 7 mars 2015 à 8 h 09 min | Aucune réaction

Un marginal de 33 ans, interpellé mercredi, a reconnu avoir tué une prostituée en janvier dernier dans un appartement du quartier du marché, à Epinal.

Durant sa garde à vue, le suspect, confondu par son ADN, a expliqué avoir été insatisfait de la prestation. Il a poignardé sa victime à 53 reprises avant de prendre la fuite. Mis en examen pour homicide volontaire, il a été incarcéré ce vendredi.

Le samedi 10 janvier au soir, une femme, qui se prostitue également, était venue voir sa copine qui réside dans un petit studio au 2ème étage d’un immeuble de la rue François-Blaudez. Choquée par l’odeur nauséabonde qui se dégageait du logement, elle avait aussitôt alerté la police.

Les secours avaient alors découvert un cadavre en état de décomposition avancée. La victime, une portugaise de 45 ans née au Brésil, gisait sur le ventre à proximité de son lit. Plusieurs traces de sang avaient été relevées sur les murs du studio.

L’autopsie pratiquée le mardi suivant avait révélé que la victime avait été sauvagement tuée de 53 coups de couteau. Le meurtrier s’est acharné sur son corps. A ce jour, l’arme n’a pas été retrouvée. Mais l’enquête menée par le SRPJ de Nancy a permis d’identifier un suspect. Son ADN a été relevé sur la scène du crime.

Mécontent de la durée du rapport

Interpellé et placé en garde à vue, le spinalien a avoué avoir tué la prostituée dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, expliquant qu’il avait été pris de colère car il avait payé 150 euros pour une relation d’une heure, mais que cette dernière n’aurait finalement duré qu’un quart d’heure.

Le marginal, sans casier judiciaire et au chômage depuis 2007, a été déféré au parquet d’Epinal ce vendredi matin. Inculpé d’homicide volontaire, le juge a décidé de son placement en détention provisoire.

La victime se prostituait à Epinal et à Belfort pour payer les études de ses quatre enfants vivant à l’étranger. Elle entrait en contact avec ses clients par le biais d’Internet et par téléphone.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


deux + cinq =









Connexion