A La Une » Faits Divers » Meurtre » Petite Manon abattue à Barsac : la mère internée en psychiatrie

Meurtre



Petite Manon abattue à Barsac : la mère internée en psychiatrie

vendredi 13 mars 2015 à 12 h 14 min | Aucune réaction

Quatre jours après qu’une jeune mère de famille ait tué sa fille à coup de carabine à la sortie de Barsac, ce triste drame reste incompréhensible.

L’autopsie a révélé que la petite Manon, âgée de 9 ans, a été abattue à bout portant dans la voiture. Sa maman de 33 ans, atteinte, selon l’expert, d’un trouble psychique ayant altéré son discernement, a été hospitalisée d’office.

Les enquêteurs n’arrivent toujours pas à comprendre ce qui a pu motiver le geste de cette femme désespérée. Mais à présent, le déroulement du drame semble un peu plus clair. Vers 5h30, Aurélie a quitté précipitamment son domicile de Saint-Michel-de-Castelnau (Gironde) avec sa fille Manon pour une destination inconnue.

Elle a pris la route à très vive allure, puis est tombée en panne d’essence en arrivant sur l’ancienne route nationale 113, à hauteur de Barsac. Étant très énervée, Aurélie est sortie de son véhicule vers 6h30 et a tiré un premier coup de feu sur sa fille. Puis elle a laissé le corps de la petite dans la voiture avant d’ouvrir le feu sur un automobiliste qui s’apprêtait à la dépasser.

Ensuite, elle est retournée au véhicule puis a sorti le corps de la fillette. Un infirmier, témoin du drame, a porté les premiers secours à l’enfant, en vain. La jeune mère s’est alors enfuie à pied au travers les vignes. Lorsqu’elle a été interpellée par les gendarmes, elle était en état de démence et tenait des propos incohérents.

Aurélie a été conduite à la gendarmerie. Les dépistages d’alcool et de stupéfiants se sont révélés négatifs. Pour l’heure, elle n’a donné aucune explication à son geste, décrit comme « violent et déterminé ». La jeune femme était séparée du père de l’enfant depuis 2007.

L’autopsie du corps de Manon a révélé qu’elle avait été tuée à bout touchant par une décharge de plombs. Elle a reçu un seul coup de fusil au niveau de la cage thoracique, explique le médecin légiste, qui décrit une mort « très rapide ».

Soumise à une expertise psychiatrique, la mère, qui présentait « état confusionnel », n’a pas été déclarée irresponsable. Le spécialiste note toutefois un trouble psychique qui aurait pu altérer son discernement au moment des faits. Sur ordre du procureur, Aurélie a été internée en hôpital psychiatrique.


Termes relatifs à cette page: , , , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


neuf + sept =









Connexion