A La Une » Faits Divers » Meurtre » Femme égorgée à Lyon : son compagnon avoue, mais n’explique pas

Meurtre



Femme égorgée à Lyon : son compagnon avoue, mais n’explique pas

mardi 3 mars 2015 à 9 h 33 min | Aucune réaction

Une assistante maternelle a été froidement tuée à l’arme blanche en février dernier dans son logement du quai Pierre-Scize. Son concubin, un homme de 52 ans, a été arrêté samedi par les policiers de la BAC.

Cet employé des TCL, recherché depuis la découverte du corps de la victime, a été interpellé samedi 28 février en fin d’après-midi dans le quartier de la Duchère. Peu de temps avant, les policiers l’avaient repéré sur Décines.

Après dix jours de cavale, le suspect, employé des Transports en Commun Lyonnais, a donc été placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête portant sur le meurtre de sa compagne, égorgée à son domicile du 51 quai Pierre-Scize (Lyon 9e).

S’il a reconnu les faits devant les enquêteurs, ce père de famille n’a en revanche fourni aucune explication concernant son geste. Déféré au parquet ce lundi, il a été mis en examen pour homicide volontaire puis écroué.

Rappel des faits

Le mardi 17 février 2015, une dame de 44 ans, originaire de Châlons-en-Champagne, a été découverte assassinée dans son logement. Son corps, présentant une plaie profonde à la gorge, gisait dans la chambre, allongé sur un lit et recouvert d’une couverture.

C’est la maman de la victime, inquiète que sa fille ne réponde plus au téléphone, qui avait alerté les secours. La porte de l’appartement étant close, les pompiers avaient dû passer par une fenêtre.

La victime, qui exerçait comme assistante maternelle, était installée à Lyon depuis environ 6 ans. Son compagnon avait été rapidement soupçonné et était activement recherché.


Termes relatifs à cette page: , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


cinq + = quatorze









Connexion