A La Une » Justice » Femme battue à mort à Cambrai : 17 ans de prison pour Outelli

Justice



Femme battue à mort à Cambrai : 17 ans de prison pour Outelli

samedi 7 mars 2015 à 9 h 30 min | Aucune réaction

Mohamed Outelli, reconnu coupable du meurtre de sa compagne, a été condamné ce vendredi à 17 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Douai.

Graziella Lioret a été tabassée, étouffée, puis étranglée en février 2013 dans un appartement du quartier de Cantimpré, à Cambrai. Jusqu’à la fin du procès, l’accusé a tenté de minimiser ses actes, allant jusqu’à parler d’une simple dispute.

Le mercredi 20 février 2013, une jeune femme de 23 ans, mère de deux enfants âgés de 6 et 2 ans, était retrouvée morte à son domicile de la rue des Feutriers. C’est son conjoint, un marocain de 30 ans, qui avait alerté les secours vers 4h30 du matin. Ivre au moment des faits, l’homme avait été interpellé.

L’autopsie a démontré que Graziella Lioret avait succombé à plusieurs traumatismes crâniens. Durant sa garde à vue, Mohamed Outelli avait reconnu avoir porté le coup fatal. Lui qui frappait régulièrement sa victime, affirme cependant qu’il s’agit d’une dispute qui aurait mal tourné. Il n’avait pas l’intention de donner la mort.

Alcoolisé et sous l’emprise de stupéfiants, l’homme trompait et séquestrait sa jeune compagne. Il l’a tellement battu, qu’elle est morte sous ses coups violents. Malgré les évidences, Mohamed Outelli n’en démord pas. Il s’agit d’un accident. Cela n’a pas convaincu les jurés qui l’ont reconnu coupable d’homicide volontaire.

Condamné à 17 ans de réclusion, une interdiction définitive du territoire a été prononcée. Il sera expulsé au Maroc dès sa sortie de prison.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ trois = huit









Connexion