A La Une » Justice » Agriculteur étranglé à Villeneuve-Lécussan : 20 ans pour l’employé

Justice



Agriculteur étranglé à Villeneuve-Lécussan : 20 ans pour l’employé

jeudi 26 mars 2015 à 10 h 42 min | Aucune réaction

Philippe Geneste, reconnu coupable du meurtre d’un exploitant agricole en 2011, a été condamné ce mercredi par la cour d’assises de Haute-Garonne à vingt années de réclusion criminelle.

Le vendredi 19 août 2011, Philippe Geneste, un ouvrier agricole de 42 ans couvert de dettes, avait étranglé son employeur, Jean Ibos, avec une corde à bestiaux. Il avait ensuite fait croire à un enlèvement avec demande de rançon.

L’employé de ferme, qui travaillait depuis un an pour le retraité de 75 ans, avait envoyé une lettre anonyme à l’épouse du défunt, lui affirmant que son mari avait été enlevé par des membres de l’ETA qui demandaient une rançon de 500.000 euros. Mais la dame avait aussitôt prévenu la police qui avait alors ouvert une enquête.

Le corps de Jean Ibos avait été retrouvé dans un sac d’engrais au beau milieu d’un champ de maïs situé à proximité de l’exploitation agricole à Villeneuve-Lécussan, en Haute-Garonne. Il avait une corde autour du cou et les mains liées dans le dos. L’autopsie avait conclu à un étranglement.

Dans son box, Philippe Geneste explique qu’il n’aurait pas apprécié la remarque que son patron lui aurait faite sur l’éducation de sa fille, lui reprochant notamment de la laisser aller au bal à 14 ans. S’il reconnait le meurtre et le faux enlèvement, l’accusé nie en revanche la préméditation. Il affirme avoir agi sur « un coup de sang ».

Mais pour les parties civiles présentes dans la salle, ce crime crapuleux était sciemment organisé. Lors de son réquisitoire, l’avocat général réclame 30 ans, évoquant « des doutes » sur la préméditation. Les jurés ont finalement condamné Geneste à 20 ans de réclusion.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ six = douze









Connexion