A La Une » Faits Divers » Meurtre » Lucie Beydon : confondu par son ADN, le suspect avoue le meurtre

Meurtre



Lucie Beydon : confondu par son ADN, le suspect avoue le meurtre

mercredi 4 février 2015 à 9 h 43 min | Aucune réaction

Un toxicomane de 37 ans a été placé en garde à vue ce lundi dans le cadre de l’affaire Lucie Beydon, cette jeune étudiante tuée de 21 coups de couteau en 2004 à son domicile de Rennes.

Le suspect, originaire de Saint-Brieuc, a été confondu par son ADN dix ans après les faits. Condamné pour plus de 50 cambriolages commis dans des commerces de la région de Rennes, il est incarcéré depuis avril 2013.

Le dimanche 5 septembre 2004 au soir, Lucie Beydon, étudiante en Sciences de l’éducation, était retrouvée morte assassinée dans son appartement, au troisième étage d’un petit immeuble du centre-ville de Rennes. La jeune femme de 20 ans gisait à terre, atteinte de vingt et un coups de couteau portés au niveau du cœur.

Dans le logement, situé rue Gambetta, les enquêteurs n’avaient relevé aucune trace de lutte. Seuls des coussins tachés de sang provenant de l’appartement de la victime avaient été découverts dans un parc à proximité. Des fragments d’ADN y avaient été prélevés.

Grâce aux avancées technologiques, le profil incomplet a pu aujourd’hui être reconstitué. Il correspond à celui d’un détenu incarcéré à la prison d’Argentan, dans l’Orne. Il y a 10 ans, cet homme faisait déjà partie de la liste d’une vingtaine de suspects, mais aucun élément n’avait alors permis de le mettre en cause.

Placé en garde à vue lundi après-midi, il aurait avoué le crime et se montrerait très coopératif avec les enquêteurs. Il sera présenté ce mercredi matin à un juge d’instruction qui devrait le mettre en examen pour meurtre.

Le profil du suspect

Cet ancien cuisinier de 37 ans était déjà connu de la justice pour des faits de conduite en état alcoolique, dégradations, vols et agressions sexuelles. En mars 2013, il avait été condamné à trois ans de prison ferme pour avoir dérober les recettes d’une cinquantaine de bars et restaurants de la région.

Deux ans avant le meurtre de Lucie Beydon, il avait commis une série d’agressions et d’exhibitions sexuelles à Rennes. Il visitait notamment les appartements de jeunes femmes pour y dérober des sous-vêtements.

 


Termes relatifs à cette page: , , , , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


six + sept =









Connexion