A La Une » Faits Divers » Meurtre » Retraitée égorgée à Roquebrune : le jardinier et sa fille écroués

Meurtre



Retraitée égorgée à Roquebrune : le jardinier et sa fille écroués

vendredi 23 janvier 2015 à 10 h 43 min | Aucune réaction

Un couple et leur fille, soupçonnés d’être impliqués dans le meurtre de Bernadette Benaym, ont été mis en examen ce jeudi.

Le mardi 28 juillet 2014, madame Benaym avait été retrouvée morte sur la terrasse de sa villa dans le quartier des Issambres, à Roquebrune-sur-Argens (Var). Cette dame de 67 ans avait été égorgée avec un couteau et poignardée à plusieurs reprises. C’est sa voisine qui avait découvert le corps dans une mare de sang.

Depuis la mort de son mari, Bernadette Cogis Benaym, une riche héritière à la retraite, vivait seule dans sa villa. Au fil du temps, son jardinier, un père de famille âgé de 44 ans, était semble-t-il devenu son amant. Il est soupçonné d’avoir tué la retraitée avec l’aide d’une de ses filles. Pour faire sortir la victime de chez elle, ils auraient allumé des incendies au pied des portes et fenêtres de la maison.

Un crime passionnel

D’après les derniers éléments de l’enquête, madame Benaym entretenait une liaison sentimentale avec son employé. Une aventure qui aurait été découverte par l’épouse du jardinier et par ses filles, quelques semaines seulement avant la mort de la retraitée. Cette relation extra-conjugale avait suscité de vives tensions au sein de la famille du jardinier.

Fortement soupçonnés par les enquêteurs de la section de recherches de Marseille, les membres de cette famille ont été arrêtés ce mardi. Le père et sa fille de 23 ans sont inculpés du chef d’assassinat. Ils ont été placés en détention provisoire et encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

L’épouse du suspect, âgée de 42 ans, a été déférée au parquet de Draguignan ce jeudi. Poursuivie pour complicité d’assassinat, elle est ressortie libre mais placée sous contrôle judiciaire. La seconde fille du couple, longuement interrogée par les enquêteurs, a été mise hors de cause.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


huit + = quatorze









Connexion