A La Une » Faits Divers » Meurtre » Ingénieur poignardé à Toulouse : l’épouse internée en psychiatrie

Meurtre



Ingénieur poignardé à Toulouse : l’épouse internée en psychiatrie

vendredi 26 décembre 2014 à 12 h 29 min | Aucune réaction

La femme d’Antoine Bouden, cet homme de 34 ans tué de plusieurs coups de couteau dans sa maison au nord de Toulouse, a été placée d’office en hôpital psychiatrique.

Dans la nuit de mardi à mercredi, Antoine Bouden, ingénieur dans le génie civil, a été retrouvé mort poignardé dans la salle de bain de son pavillon au quartier Lalande. Il a reçu plusieurs coups de lame sur le haut du corps.

Mercredi vers 2 heures du matin, une nigérienne de 30 ans aurait surgi dans la rue et aurait interpellé un passant, lui demandant d’appeler les secours car elle venait de tuer son époux. Au domicile du couple, rue Charles-Trénet, les pompiers ont effectivement découvert un cadavre lardé de coups de couteau. Le corps gisait dans la salle d’eau de la maison.

L’autopsie a révélé que trois de ces coups, visiblement portés avec un couteau de cuisine, avaient pu lui être fatals. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’arme du crime avait été nettoyée et rangée proprement dans la cuisine. Elle a été retrouvée grâce au révélateur de traces de sang, le fameux Bluestar.

Hospitalisée en état de choc, la femme, vendeuse dans une boutique de vêtements, n’a pas encore pu être entendue sur les faits. Les experts psychiatres doivent se prononcer sur son éventuelle responsabilité au moment du passage à l’acte.

Le couple, très discret, était inconnu de la police et des services sociaux. Marié depuis sept ans, il n’avait pas d’enfant et semblait vivre à priori sans histoire.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ trois = onze









Connexion