A La Une » Justice » Saint-Chamant : 18 ans de réclusion pour avoir tué son rival

Justice



Saint-Chamant : 18 ans de réclusion pour avoir tué son rival

jeudi 27 novembre 2014 à 11 h 07 min | Aucune réaction

Jean-Marc Champanet a été condamné ce mercredi par la Cour d’assises de Tulle à 18 ans de réclusion criminelle pour avoir abattu l’amant présumé de sa compagne.

Cet ancien chasseur de 47 ans était jugé pour le meurtre de Didier Quie, tué de deux coups de fusil en septembre 2012 près de Saint-Chamant, en Corrèze. L’avocat général avait requis 18 ans de prison dont une période de sûreté de 9 ans.

Le mardi 18 septembre 2012, Didier Quie, un homme de 52 ans employé à la DDE, avait été abattu à son domicile au lieu-dit Le Laurent, peu de temps après être rentré chez lui. Le meurtrier présumé, Jean-Marc Champanet, s’était rendu à la gendarmerie d’Argentat aussitôt après les faits.

Selon l’expert psychiatre venu à la barre, l’accusé présentait une forte dépendance affective avec sa mère, rapport qu’il avait transféré dans sa façon d’être avec son épouse. Le monde de Champanet s’est donc effondré « quand il a compris que sa compagne le trompait ».

L’enquête a démontré que le prévenu avait récupéré un fusil de chasse chez ses parents, qu’il l’avait armé de deux cartouches et qu’il s’était ensuite rendu devant le domicile de son rival, où il avait attendu pendant deux heures son retour.

Pour la partie civile, la préméditation ne fait donc aucun doute. Champanet était animé par un sentiment de vengeance, qu’il ruminait depuis plusieurs jours.

Pour l’avocat de l’accusé, son client avait visé l’aine et le genou de sa victime. S’il avait voulu donner la mort, il aurait tiré dans la tête ou la poitrine et aurait pris du plus gros calibre.

Après trois jours de débats, Jean-Marc Champanet est finalement reconnu coupable et écope de 18 ans de réclusion. Il a accueilli le verdict sans réaction.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ cinq = huit









Connexion