A La Une » Faits Divers » Meurtre » Promeneuse tuée dans le bois d’Echillais : un suspect trahi par son ADN

Meurtre



Promeneuse tuée dans le bois d’Echillais : un suspect trahi par son ADN

vendredi 21 novembre 2014 à 8 h 59 min | Aucune réaction

L’enquête sur le meurtre de Catherine Gardère, cette mère de famille retrouvée le crâne fracassé en octobre dernier dans le Bois du Chay, avance à grands pas.

Un suspect, confondu par son profil génétique, a été interpellé jeudi matin puis placé en garde à vue. On ignore l’identité de cet individu, qui serait âgé d’environ 30 ans. Seul certitude, il ne s’agit pas du mari de la victime.

Le vendredi 3 octobre au matin, Catherine Gardère a été retrouvée morte à moitié dénudé près des terrains de tennis dans les sous-bois de la commune d’Echillais (Charente-Maritime).

L’autopsie a démontré qu’elle avait succombé à de multiples fractures de la face et des côtes, ainsi qu’à une fracture du crâne. Cette dernière ayant entraîné une hémorragie cérébrale qui lui a été fatale.

Cette mère de famille de 51 ans, qui était employée au laboratoire d’analyses médicales de Tonnay-Charente, avait quitté son domicile la veille aux alentours de 16 heures pour faire une marche le long du canal.

Son mari, inquiet qu’elle ne rentre pas, avait signalé sa disparition à la gendarmerie vers 20 heures. D’importants moyens de recherches avaient été déployés jusqu’à la tombée de la nuit. Le corps a été découvert le lendemain vers 10 heures.

Un suspect a été confondu grâce aux prélèvements ADN effectués sur la scène de crime. Il est actuellement entendu par les enquêteurs dans les locaux de la brigade de Saint-Agnant.

Mise à jour – 18h30 : l’homme, qui évoque une pulsion, a avoué le viol et le meurtre de Catherine Gardère. Il devrait être déféré au parquet et écroué dans la soirée.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


sept + quatre =









Connexion