A La Une » Justice » Esquerchin : ils frappaient leur bébé jusque dans sa chambre d’hôpital

Justice



Esquerchin : ils frappaient leur bébé jusque dans sa chambre d’hôpital

jeudi 27 novembre 2014 à 10 h 19 min | Aucune réaction

Un jeune couple a été condamné ce mardi à un an de prison ferme pour avoir commis des violences répétées sur leur fillette âgée de deux mois, à Esquerchin (Nord).

Les faits ont été mis au jour le jeudi 26 mai 2011. Ce jour-là, un nourrisson d’à peine 2 mois avait été admis au service pédiatrique du centre hospitalier de Douai pour de multiples fractures et hématomes présents sur tout le corps.

Dans la chambre de l’hôpital, son père, qui tenait le bébé pleurant dans ses bras, avait été surpris par une infirmière alors qu’il était en train de le gifler. Le couple, âgé de 26 ans, était jugé mardi par le tribunal correctionnel pour ces violences habituelles commises sur le nouveau-né.

Les experts, qui avaient relevés une dizaine de fractures aux côtes et au tibia, en avaient conclu que l’enfant était battu depuis sa naissance. Ils avaient également remarqué des déchirements ligamentaires.

La mère réfute toute violence commise sur sa fille. Elle n’était pas au courant, dit-elle. Le père, quant à lui, ne reconnait que la gifle donnée à l’hôpital. « J’aime trop ma fille pour commettre des violences » n’a-t-il cessé de répéter lors du procès.

Le couple, qui réside aujourd’hui à Hénin-Beaumont, a suivi une psychothérapie de 3 mois. Mais rien d’autre. Reconnus coupables tous deux, ils ont été condamnés à trois ans de prison, dont deux assortis d’un sursis.

La petite, que les parents continuaient à voir régulièrement en attendant leur jugement, a été placée en famille d’accueil. Leur demande pour en retrouver la garde risque d’être compromise.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


huit + = seize









Connexion