A La Une » Justice » Triple homicide à l’écluse d’Illfurth : 30 ans de réclusion

Justice



Triple homicide à l’écluse d’Illfurth : 30 ans de réclusion

jeudi 2 octobre 2014 à 10 h 59 min | Aucune réaction

Mickaël Kersten, accusé d’avoir tué sa femme Angélique ainsi que son beau-frère et sa belle-sœur, Roland et Carine Basso, a été condamné ce mercredi à 30 ans de réclusion assortis d’une sûreté de 20 ans.

Cet homme de 34 ans, détenu en milieu hospitalier depuis sa tentative de suicide, est resté impassible à l’énoncé du verdict. La cour n’a pas retenu la préméditation des crimes qui ont été requalifiés en meurtres.

Dans la nuit du mardi 3 au mercredi 4 juillet 2012, Mickaël Kersten, Normand d’origine, avait tué son épouse Angélique et le couple Basso dans leur maison éclusière d’Illfurth (Haut-Rhin). Chacun avait reçu une balle de 22 long rifle en pleine tête. Quatre enfants des deux couples, âgés de 6 mois à 13 ans, étaient présents au moment du drame. C’est la plus âgée qui avait prévenu les secours.

Mickaël et Angélique Moyeux s’était rencontré en 2009 via Internet. Le couple s’était d’abord installé en Bretagne avant de rejoindre, en février 2012, l’Alsace, région d’origine de la jeune femme. Puis, le 3 juillet 2012, ils sont venus s’installer chez les Basso, qui devaient partir en vacances en Turquie avec leurs enfants. Il était prévu que les Kersten gardent la maison pendant deux semaines.

Le soir-même, la fille de Carine, 13 ans, dormait au salon avec son cousin. Vers 4 heures du matin, son oncle Mickaël lui a attaché les poignets et, la menaçant avec un couteau, a commencé à lui toucher la poitrine. La jeune fille s’est débattue et s’est enfuit pour rejoindre le premier étage.

Lorsqu’elle est entrée dans la chambre de ses parents, elle a découvert le drame. « Mon père avait une balle en plein milieu de la tête et ma mère était en train d’agoniser dans une mare de sang », explique-t-elle à la barre. C’est elle qui a appelé les secours avant de s’enfuir avec son frère.

Lorsque les pompiers sont arrivés, Roland Basso, 39 ans, était déjà mort. Sa femme Carine a succombé deux jours plus tard. Angélique Kersten est morte le 4 juillet en fin de journée. Tous ont été exécuté froidement, presque à bout portant.

Après avoir pris la fuite, Mickaël s’est rendu le matin même du drame en appelant la police depuis une cabine de Brunstatt. Pour expliquer son geste, il évoque un mal-être lié en grande partie à la distance qui le sépare de son fils resté en Bretagne. Depuis son arrivée en Alsace, il ne se plaisait pas dans la région et il tenait essentiellement son épouse et les membres de sa belle-famille pour responsable de cette situation.

Pour justifier la présence de l’arme, l’accusé explique qu’il avait d’abord songé à se suicider. Mais il n’en a pas eu le courage. « Il est évident qu’il n’était pas lui-même au moment des faits », a plaidé son avocate, Me Maria-Stella Rotolo, qui réclamait une peine juste pour son client.

Peu après les faits, le détenu avait tenté de mettre fin à ses jours en prison. Il avait donc été placé en centre hospitalier et comparaissait sous anxiolytiques. L’avocat général avait requis la perpétuité. Il écopera de 30 années de réclusion criminelle.


Termes relatifs à cette page: , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ cinq = dix









Connexion