A La Une » Faits Divers » Viol » Jeunes filles violées sur la plage d’Argelès : l’enquête progresse

Viol



Jeunes filles violées sur la plage d’Argelès : l’enquête progresse

samedi 5 juillet 2014 à 13 h 13 min | Aucune réaction

30 gendarmes sur le coup. Reconstitution de l’emploi du temps des victimes, et descriptions des agresseurs. L’enquête semble progresser rapidement dans cette affaire où deux jeunes vacancières ont été violées sur une plage d’Argelès.

Les jeunes filles de 19 et 20 ans ont subi un viol atroce dans la nuit de lundi à mardi sur le littoral d’Argelès-sur-Mer, après être sorties du Silver. Les agresseurs sont activement recherchés.

En ce début de saison estival, tout semble fait pour rassurer les touristes qui sont attendus en masse à partir de ce week-end. Pas moins de trente gendarmes sont actuellement penchés sur cette enquête. Il ne s’agit pas d’un viol collectif, ni d’une histoire liée à l’autre viol commis à Perpignan, a expliqué le colonel Correoso, commandant du groupement de gendarmerie des Pyrénées-Orientales. En clair, il n’y aurait pas de prédateur sexuel dans la région.

Les 30 gendarmes de la brigade de recherches de Céret et de la brigade d’Argelès mobilisés sur cette affaire ont pu reconstituer avec minutie l’emploi du temps des victimes.

D’après leurs investigations, les deux vacancières, originaires de Lyon, sont arrivées dans la région dimanche vers 16 heures. Le lendemain, elles ont effectué une visite au Perthus et à Perpignan, puis sont allées à la plage d’Argelès dans le courant de l’après-midi. Le soir venu, elles sont sorties faire un tour au village.

Selon le récit des jeunes filles, vers 23 heures, elles ont croisé un groupe de 5 à 6 garçons qui les auraient incitées à se rendre dans la discothèque Le Silver, située dans l’Allée des Pins. Dans un premier temps, elles ont gentiment décliné l’invitation, avant de se raviser et de partir à la recherche de la fameuse discothèque, tard dans la soirée.

Arrivées sur place, elles ont recroisé la même bande d’individus. Les jeunes filles sont entrées dans la boîte avec eux et ont noué des liens avec deux des garçons. Ces derniers leur ont proposé d’aller fumer une cigarette à l’extérieur, ce qu’elles ont accepté.

Puis elles se sont séparées en se dirigeant vers l’Esplanade Charles-Trenet, allant se promener chacune de leur côté avec leur accompagnateur respectif. Les deux touristes ont alors été violées simultanément de la même façon, mais dans des lieux distants. Les agresseurs ont ensuite pris la fuite.

Les deux copines se sont retrouvées juste après sur le front de mer, découvrant qu’elles venaient de subir les mêmes abus sexuels. Elles se sont vite rhabiller avant d’appeler les gendarmes. Prises en charge par les pompiers, elles ont été évacuées vers le centre hospitalier de Perpignan, où les viols ont été confirmés par des examens.

Les techniciens de la police scientifique ont procédés à divers prélèvements en vue d’analyses. Les images des caméras de vidéosurveillance de la ville sont actuellement exploitées. L’enquête de voisinage ainsi que le témoignage des victimes auraient permis de fournir une description des agresseurs. Ils sont activement recherchés.

Les enquêteurs tiennent toutefois à préciser qu’il ne s’agit pas d’un viol collectif et qu’il n’y a aucun rapprochement avec le viol dénoncé la semaine précédente sur l’avenue Kennedy à Perpignan. Une façon, probablement, d’éloigner l’image d’un violeur en série qui sévirait dans la région.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


un + trois =









Connexion