A La Une » Faits Divers » Agression » Brigade de Roussillon : 5 gendarmes accusés de violences sur une adjointe

Agression



Brigade de Roussillon : 5 gendarmes accusés de violences sur une adjointe

mercredi 28 mai 2014 à 8 h 07 min | Aucune réaction

Cinq jeunes gendarmes et sous-officiers ont été placés en garde à vue pour des violences aggravées commises sur l’une de leur collègue à la brigade de Roussillon, en Isère.

Une jeune femme gendarme s’est plainte de harcèlement moral mais aussi d’humiliations et de violences de la part de ses collègues. Dans cette triste affaire, cinq militaires sont accusés et seront jugés en correctionnelle le 22 juillet prochain.

Les faits ont été dénoncés aux autorités au début du mois dernier. Une gendarme adjointe volontaire de 21 ans, en poste dans cette unité depuis moins de deux ans, explique qu’elle a été blessée au cours d’une soirée organisée au sein de la brigade de Roussillon.

Selon la jeune femme qui dénonce ces faits, les violences auraient été commises depuis le début de l’année dernière. Elle affirme notamment avoir été frappée, menottée à un arbre ou bien encore enfermée dans une geôle de la gendarmerie.

Le procureur de la République de Vienne a aussitôt saisi l’inspection générale de la gendarmerie, à qui l’enquête a été confiée. Tous les militaires de la brigade ont été auditionnés. Cinq d’entre eux, âgés de 25 à 35 ans, ont été placés en garde à vue ce lundi.

Si les militaires reconnaissent vaguement « quelques débordements », ils parlent surtout de « jeux consentis » entre collègues. Placés sous contrôle judiciaire, ils seront jugés le 22 juillet pour violences aggravées, blessures involontaires ainsi qu’arrestation et séquestration arbitraire.

En attendant, ils ont tous interdiction d’exercer leurs pouvoirs d’OPJ ainsi que de se rendre dans les locaux de la gendarmerie de Roussillon.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


neuf + = onze









Connexion