A La Une » Faits Divers » Suicide » Prison de Mont-de-Marsan : le violeur présumé des fillettes se suicide

Suicide



Prison de Mont-de-Marsan : le violeur présumé des fillettes se suicide

lundi 14 avril 2014 à 8 h 34 min | Aucune réaction

Jimmy Girault, incarcéré pour les viols et agressions sexuelles de deux enfants, a été retrouvé pendu vendredi dans sa cellule du centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan.

Le détenu avait été condamné en février dernier à 15 ans de réclusion criminelle pour les viols de deux petites filles âgées de 3 et 9 ans à Pouillon, dans les Landes. Clamant son innocence, il avait aussitôt fait appel de cette condamnation.

Jimmy Girault, ancien compagnon de la mère des victimes, s’est donc donné la mort ce vendredi à la prison de Mont-de-Marsan. Il a été retrouvé pendu dans sa cellule vers midi. D’après les premières constatations, il se serait suicidé entre le contrôle de fin de matinée et la distribution des repas.

Ce détenu sensible, qui n’avait cessé de nier les faits pour lesquels il avait été reconnu coupable par une cour d’assises, faisait pourtant l’objet d’une surveillance toute particulière. Une enquête pour recherche des causes de la mort a été ouverte et une autopsie a été ordonnée.

La soeur de Jimmy, qui met en cause la négligence du centre pénitentiaire, a indiqué qu’elle ferait tout pour prouver l’innocence de son frère dans ce dossier criminel.

Une hécatombe autour de cette affaire

Dans l’affaire des deux fillettes violées, cinq personnes avaient été mises en cause. Un des suspects s’était suicidé le  lendemain de son inculpation. Un autre, gravement blessé dans un accident de voiture, ne sera sans doute jamais jugé. Et le troisième a écopé d’un simple suivi socio-judiciaire.

Seule la mère des petites victimes, qui a été condamnée à 10 ans de réclusion, comparaitra devant la cour d’appel.


Termes relatifs à cette page: , , , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ huit = douze









Connexion