A La Une » Faits Divers » Meurtre » Crime passionnel à Montmédy : il tue son rival à coups de couteau

Meurtre



Crime passionnel à Montmédy : il tue son rival à coups de couteau

mardi 18 mars 2014 à 18 h 53 min | Aucune réaction

Nicolas Watin-Pierson, un homme de 29 ans jusqu’alors inconnu des services de police, a tué l’amant de son ex-compagne dans la nuit de vendredi à samedi au domicile de cette dernière à Montmédy (Meuse).

Le jeune homme a reconnu les faits lors de sa garde à vue, indiquant avoir agi par jalousie. Mis en examen pour le meurtre de Francesco Assenza, il a été placé en détention provisoire le temps de l’instruction.

Ce drame passionnel s’est déroulé ce week-end dans un appartement situé rue du Général Leclerc, à Montmédy. Samedi, vers 2 heures du matin, Nicolas Watin s’est rendu chez son ex-compagne âgée de 32 ans avec qui il a eu un enfant de 3 ans. Le couple est séparé depuis presque un an.

Il égorge son rival avant de s’enfuir…

Arrivé sur place, il s’est est pris violemment à son nouvel ami, Francesco Assenza, un pizzaiolo italien de 43 ans récemment arrivé en France. Nicolas aurait d’abord frappé cet homme avec une pierre puis se serait saisi d’un couteau dans la cuisine et aurait poignardé son rival amoureux à plusieurs reprises, notamment à la gorge.

Grièvement blessé au cou, à l’abdomen et au niveau du dos, Francesco a rapidement succombé à ses blessures. A l’arrivée des secours et de la gendarmerie, le suspect avait pris la fuite. Il avait trouvé refuge chez des proches à Chauvency-Saint-Hubert, à seulement quelques kilomètres de la scène de crime.

… et avoue le meurtre

Interpellé sans résistance par les gendarmes de la brigade de recherches de Verdun, le meurtrier présumé a été placé en garde à vue dans les locaux de la brigade de Montmédy. Ayant reconnu les faits qui lui sont reprochés, il a été déféré au parquet de Nancy puis mis en examen pour homicide volontaire.

Nicolas Watin, inconnu des services de police et de justice, travaillait en Belgique et avait une situation professionnelle stable. La jalousie serait donc l’unique mobile de son crime, pour lequel il encourt la perpétuité.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ sept = treize









Connexion