A La Une » Justice » Viol et meurtre de la petite Océane : le procès s’ouvre ce lundi

Justice



Viol et meurtre de la petite Océane : le procès s’ouvre ce lundi

lundi 16 décembre 2013 à 10 h 19 min | Aucune réaction

Nicolas Blondiau, le meurtrier présumé de la petite Océane, va être jugé lundi et mardi aux assises de Nîmes. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Ce jeune homme de 27 ans, père de deux enfants, est accusé d’avoir enlevé, violé puis tué Océane, 8 ans, en novembre 2011 à Bellegarde, dans le Gard. Interpellé trois jours après la découverte du corps de l’enfant, il avait reconnu les faits avant d’être placé en détention.

Le samedi 5 novembre 2011, la jeune Océane avait quitté le domicile de ses parents vers 18h30 pour aller récupérer un jeu vidéo chez un ami de la famille à 300 mètres de chez elle. Une heure plus tard, la petite n’étant toujours pas rentrée, la gendarmerie était alertée de sa disparition.

Le lendemain matin, son corps était retrouvé sur la route de Manduel, à plus de 3 kilomètres de son domicile. La fillette, dont le pantalon était baissé, a été étranglée et a reçu quatre coups de couteau dans le coeur. L’autopsie mettra également en évidence qu’elle a subi des attouchements sexuels. Commençait alors une vaste traque pour trouver le meurtrier.

Tandis que le procureur envisageait d’effectuer des prélèvements d’ADN sur tous les habitants du village, un homme s’était soudainement présenté à la gendarmerie le soir du 8 novembre. Poussé à se rendre et dénoncé par sa compagne, Nicolas Blondiau avait été placé en garde à vue. Après avoir prétexté ne plus se souvenir de ce qu’il avait fait le soir de la disparition d’Océane, il avait fini par avouer le meurtre.

L’après-midi du 5 novembre, il avait consommé une grande quantité d’alcool et de drogue. Dans la soirée, il avait aperçu Océane se rendant chez le meilleur ami de son papa. Comme il pleuvait, il lui avait proposé de monter en voiture. Mais tout en s’éloignant du village, il avait commencé à la caresser avant de s’arrêter pour la violer, l’étrangler et la poignarder.

Mis en examen pour meurtre accompagné de viol sur mineur de moins de 15 ans, Nicolas Blondiau avait été incarcéré à la maison d’arrêt de Toulouse le jeudi 10 novembre 2011. Aujourd’hui, il risque la réclusion criminelle à perpétuité assorti d’une peine de sûreté de 30 ans.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


trois + quatre =









Connexion