A La Une » Justice » Tarbes : énervé par le chat, il massacre son bébé de cinq semaines

Justice



Tarbes : énervé par le chat, il massacre son bébé de cinq semaines

jeudi 28 novembre 2013 à 9 h 14 min | 2 réactions

Thierry Busy-Debat, un homme déjà condamné plusieurs fois pour des faits de violences, était jugé ce mercredi pour avoir tabassé son fils d’à peine un mois fin 2009 à son domicile de Tarbes (Hautes-Pyrénées).

Le prévenu, qui devait répondre de violences par ascendant sur un bébé âgé de cinq semaines, ne s’est pas présenté au tribunal correctionnel. Pour les avocats de la partie civile, ce procès aurait même dû se tenir aux assises.

Dans ce dossier, Thierry Busy-Debat était en effet jugé en qualité de récidive légale, car il avait déjà été condamné par le passé à trois reprises pour des violences commises sur sa compagne, sur sa petite nièce ainsi que sur sa fillette.

Ces nouveaux faits de cruauté se sont déroulés un dimanche matin de fin 2009 dans un appartement de la résidence Corisande, à Tarbes. Après avoir passé la nuit à bercer le petit, la maman en a confié la garde à son compagnon avant d’aller se reposer.

Thierry s’est installé devant la télé avec son fils dans les bras, mais le chat s’est mis à jouer avec les fils du poste. Le père de famille est alors entré dans une colère rouge. « Je me suis levé pour engueuler le chat, mais mon bras a lâché et le petit est tombé » raconte-t-il aux enquêteurs. Des explications qui laissent la présidente du tribunal dubitative. Il avait en effet servi la même version dans une affaire précédente.

De lourdes séquelles

Puis Thierry a attendu deux longues heures avant de réveiller sa compagne. Et une heure de plus avant d’appeler les secours. L’enfant est couvert d’hématomes. Victime d’un traumatisme crânien avec fracture déplacée, le bébé est aussitôt conduit aux urgences puis transféré à l’hôpital Purpan de Toulouse. Aujourd’hui, il est invalide à 80 %. Il est presque aveugle et marche à peine.

Pour le médecin légiste qui a ausculté l’enfant à l’époque, la thèse de la chute accidentelle est peu probable. Thierry va finir par avouer lors de sa garde à vue. Il reconnait avoir jeté son fils par terre, « parce qu’il pleurait tout le temps » dira-t-il. « Pour le faire taire, je lui ai flanqué avant deux grosses tartes derrière la tête. Il a vomi son biberon […] puis, il est devenu rouge et bleu ».

L’avocate de la partie civile réclame la déchéance paternelle lors de sa plaidoirie. Le tribunal a requis 4 ans de prison ferme. Mais une erreur sur l’adresse actuelle du père entraîne la nullité de la procédure. Le jugement ne peut donc être rendu. Il y aura, par conséquent, un nouveau procès.


Termes relatifs à cette page: , , , , ,





2 réactions sur “Tarbes : énervé par le chat, il massacre son bébé de cinq semaines”




  1. Fouettecocher

    Mais que font les parents plutôt !La justice n’est là que pour juger des faits !
    la déchéance doit paternelle,c’est acquis,et maternelle vraisemblablement.

    #7993
  2. duran

    Bonsoir à toutes et a tous. Je viens témoigner devant cette affaire horrible en connaissance des 2 parents car je suis l’ex de la mère du petit avec qui j’ai eu une fille. C’est une femme qui est fausse. Elle ferait tout pour faire enfermer ses concubins en prison, alors dans cette affaire, le père d’accord qu’il soit coupable mais pourquoi la mère est mise hors de causse dans cette affaire ? Car quand on fait un enfant on est deux à le vouloir. Allez dite moi comment la mère n’a pas entendue le petit hurler alors que la chambre se trouve à 3 mètres du salon ? Mais que fait la justice !

    #7991


Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)

Pour commenter cet article, vous devez être connecté à votre compte LibertaLand Infos.









Connexion