A La Une » Faits Divers » Meurtre » Femme enterrée à Ortaffa : le mari mis en examen et écroué

Meurtre



Femme enterrée à Ortaffa : le mari mis en examen et écroué

jeudi 19 septembre 2013 à 18 h 17 min | Aucune réaction

Ramon Cortez, un chômeur de 43 ans, a été écroué ce mercredi après-midi pour le meurtre de Rosine Roig, tuée d’une balle dans la tête dans une ancienne carrière près d’Ortaffa (Pyrénées-Orientales).

Présenté mercredi à un juge d’instruction, Ramon Cortez a été mis en examen pour assassinat et placé sous mandat de dépôt. Il avait déjà tenté d’enlever Rosine Roig en juin dernier.

Après avoir harcelé son ancienne compagne pendant des semaines, cet homme, actuellement sans emploi, a fini par la tuer. Rosine Roig, 43 ans également, a été retrouvée morte enterrée lundi soir dans une ancienne sablière isolée vers Ortaffa, à une quinzaine de kilomètres de Perpignan.

Ramon Cortez, mari infidèle depuis des années et qui aurait mal vécu leur séparation, l’a enlevée dans la soirée à Céret, et l’a ensuite abattue d’une balle dans la tête. Après avoir commis ce crime atroce, il l’a enterrée dans une fosse, puis s’est rendu au commissariat de Perpignan.

Placé en garde à vue à la gendarmerie de Céret, l’homme a reconnu les faits et a conduit les enquêteurs jusqu’au corps. Les investigations devront déterminer s’il avait creusé cette tombe auparavant ou si, comme il l’a affirmé aux gendarmes, il l’avait simplement repérée par avance.

Enlevée une première fois

Après leur séparation en juin dernier, Ramon Cortes aurait déjà enlevé Rosine Roig à Pia où elle rendait visite à sa fille enceinte. Il l’aurait conduite à Béziers et l’aurait séquestrée pendant 2 jours avant qu’elle ne réussisse à s’échapper. Elle n’avait pas porté plainte.

Traquée sans relâche, la malheureuse avait déposé plusieurs mains courantes et ses collègues du musée d’art moderne de Céret avait également fait plusieurs dépositions consignées dans des procès-verbaux.

Ses collègues de travail avaient organisé une entraide pour l’héberger, voire la cacher, parce que Rosine avait peur de dormir dans le logement sécurisé que lui avait trouvé la mairie. Ramon « cassait la porte, entrait par la fenêtre, puis ouvrait les robinets d’eau et de gaz » raconte une de ses amies. Il avait même appelé son fils pour lui dire qu’il tuerait sa mère.

Il y a un mois, l’ex-mari était venu au musée de Céret et avait proféré des menaces de mort en public. Rosine Roig avait alors écrit une lettre au procureur qui avait déclenché une enquête de gendarmerie. Elle n’avait été entendue que vendredi dernier, soit trois jours avant d’être abattue d’une balle dans la tête.

Rosine Roig était maman de trois enfants.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


un + = neuf









Connexion