A La Une » Faits Divers » Disparition » Disparition de la petite Fiona : la mère bientôt présentée au juge

Disparition



Disparition de la petite Fiona : la mère bientôt présentée au juge

mercredi 25 septembre 2013 à 8 h 37 min | Aucune réaction

Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, l’enfant disparue en mai dernier à Clermont-Ferrand, a été placée en garde à vue ce mardi soir au commissariat de Perpignan.

Son compagnon Berkane Maklouf est également entendu depuis hier soir 18 heures. Dans le même temps, un proche du beau-père de Fiona a été placé en garde à vue à Clermont-Ferrand. Cécile Bourgeon sera présentée au juge dans les heures à venir.

Le couple est actuellement auditionné par les enquêteurs qui ont procédé hier soir à une perquisition au domicile de la grand-mère de Fiona, dans la résidence El Vivès, située chemin de la poudrière, au nord de Perpignan. C’est là que Cécile Bourgeon s’était réfugié avec son compagnon début septembre.

Quatre mois après la terrible disparition de la fillette, l’enquête semble donc prendre un autre tournant. Selon certaines sources, Cécile Bourgeon sera présentée dans les heures qui viennent au juge d’instruction chargé de l’affaire à Clermont-Ferrand.

La petite Fiona avait disparu le 12 mai dernier alors que sa mère, enceinte de 6 mois, s’était assoupie une vingtaine de minutes sur un banc du parc de Montjuzet, sur les hauteurs de Clermont-Ferrand. Deux jours plus tard, le parquet ouvrait une information judiciaire pour enlèvement et séquestration et la police lançait un appel à témoins.

Plusieurs pistes étudiées

Dans un premier temps, l’enquête s’était concentrée sur Adel Souissi, un ancien ami de la mère de Fiona. Cet algérien de 34 ans faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international pour le viol et la séquestration de Cécile Bourgeon en mai 2012.  Il avait menacé d’enlever la petite Fiona et de l’emmener en Algérie si sa mère portait plainte contre lui. Mais pour le moment, cette piste n’a rien donné.

En juin dernier, des témoins avaient affirmé avoir vu la fillette se baignant tranquillement sur une plage à Collioure. Durant plusieurs mois, les enquêteurs ont ainsi épluché des centaines d’appels et procédé à de nombreuses vérifications.

Toujours au mois de juin, la PJ de Perpignan avait entendu la grand-mère de Fiona à la demande du procureur de Clermont-Ferrand. Il s’agissait d’avoir des précisions sur le projet de la mère de s’installer dans les Pyrénées-Orientales.

En effet, 48 heures avant la disparition de Fiona, la mère avait fait établir un certificat médical justifiant son absence de l’école pendant 21 jours. Ce délai devait être mis à profit pour trouver un emploi et un appartement à Perpignan.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


trois + = neuf









Connexion