A La Une » Faits Divers » Meurtre » Affaire Fiona : le beau-père et la mère dorment en prison

Meurtre



Affaire Fiona : le beau-père et la mère dorment en prison

vendredi 27 septembre 2013 à 8 h 52 min | Aucune réaction

Cécile Bourgeon et Berkane Maklouf ont été mis en examen puis écroué ce jeudi soir pour avoir provoqué la mort de la petit Fiona et l’avoir ensuite enterré en mai dernier près de Clermont-Ferrand.

La mère de la fillette est poursuivie pour non-assistance à personne en danger, recel de cadavre, dénonciation mensongère d’un crime et modification de la scène de crime. Elle a été écrouée à la maison d’arrêt de Lyon.

Berkane Maklouf, principal suspect, a lui été mis en examen pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Circonstances aggravantes: les faits ayant été commis sur une mineure de moins de 15 ans et par personne ayant autorité. Il a également été placé en détention provisoire.

Selon Cécile Bourgeon, son compagnon aurait porté un coup violent à Fiona le soir du 11 mai 2013, lui occasionnant un hématome autour de l’oeil. Dans la nuit, la petite Fiona aurait vomi à plusieurs reprises et elle aurait été retrouvée morte le lendemain matin dans son lit. Le couple aurait ensuite décidé d’aller l’enterrer et aurait fait croire à un enlèvement. On connait la suite…

L’homme de 32 ans, interrogé longuement par les enquêteurs et le juge d’instruction, ne reconnaît pas avoir frappée Fiona et nie farouchement les accusations de sa compagne. Malgré tout, et pour montrer sa volonté de collaborer, Maklouf a décidé de participer aux recherches du corps de la fillette.

Fiona aurait été enterrée nue près du lac d’Aydat, dans le Puy-de-Dôme. Faute d’indications précises, les fouilles menées hier se sont révélées infructueuses. Elles devraient reprendre ce matin.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


un + = huit









Connexion