A La Une » Faits Divers » Meurtre » Meurtre du docteur Perrot à Lyon : un ancien patient toxicomane écroué

Meurtre



Meurtre du docteur Perrot à Lyon : un ancien patient toxicomane écroué

lundi 10 juin 2013 à 12 h 17 min | Aucune réaction

Un toxicomane âgé de 45 ans a été interpellé et mis en examen pour le meurtre du docteur Guy Perrot en novembre 2010 à son cabinet de la rue Paul Bert, à Lyon.

Trois ans après ce terrible drame qui avait profondément touché toute la profession, l’affaire a connu un nouveau rebondissement. Le suspect, un ancien patient du docteur Perrot, a été arrêté jeudi dernier dans un foyer de l’Armée du Salut.

Son ADN a en effet été retrouvé sur le ruban adhésif ayant servi à ligoter le médecin. Déjà connu des services de police, le toxicomane a donc été présenté vendredi à un magistrat puis mis en examen pour vols avec violence ayant entraîné la mort. Ayant gardé le silence pendant sa garde à vue, son avocat a réclamé une contre-expertise. En attendant, son client a été placé en détention provisoire.

Changement de juge et nouvelle expertise

Interpellé une première fois à l’époque des faits, le suspect avait été libéré à l’issue de sa garde à vue. Lors des premières investigations de la police scientifique, l’adhésif retrouvé sur la scène du crime n’avait rien révélé de spécial. Il faut dire que depuis, un changement de juge d’instruction a permis de diligenter cette nouvelle expertise. Expertise qui a permis de confondre le suspect.

Retour sur le drame

Le mardi 23 novembre 2010, le docteur Guy Perrot avait été retrouvé mort ligoté sur le ventre dans son cabinet de la rue Paul Bert, à Lyon. C’est une patiente qui avait découvert le corps vers 18h30 en se rendant à une consultation. L’autopsie avait alors conclu à un arrêt cardiaque dû au stress et à une coupure de la respiration.

L’homme, médecin généraliste de 69 ans, continuait malgré son âge à exercer et recevait beaucoup de personnes en difficultés, dont des toxicomanes. Le cabinet médical semblait avoir été fouillé et retourné. L’enquête s’était alors orientée vers un crime crapuleux.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)

Pour commenter cet article, vous devez être connecté à votre compte LibertaLand Infos.









Connexion