A La Une » Faits Divers » Meurtre » Le cadavre du bois de Bergères-sous-Montmirail identifié

Meurtre



Le cadavre du bois de Bergères-sous-Montmirail identifié

jeudi 13 juin 2013 à 8 h 19 min | Aucune réaction

Le cadavre mutilé qui a été découvert le 26 mai dernier dans un bois près de Bergères-sous-Montmirail (Marne) a été identifié.

La victime s’appelait Mehmet Firat, un kurde de 22 ans vivant à Paris. Son corps atrocement mutilé avait été retrouvé dans un petit bois situé entre Montmirail et Le Gault-Soigny.

Une rencontre amoureuse pourrait être à l’origine de son assassinat.

Mehmet Firat, né en Turquie, habitait chez son oncle dans le 11e arrondissement de Paris. Le 9 mai 2013, vers 11 heures, il aurait reçu un mystérieux coup de téléphone. Il aurait ensuite quitté le domicile de son oncle sans donner aucunes explications. Depuis, il n’avait plus donné signe de vie. Sa famille et ses proches avaient alors signalé sa disparition.

Le dimanche 26 mai 2013, une jeune mère de famille découvrait un cadavre dans un sous-bois de Bergères-sous-Montmirail. D’après l’autopsie réalisée à l’institut médico-légal de Reims, l’homme aurait été ligoté et torturé. Son nez et son crâne ont été fracassés avec un objet contondant. Sa main a été complétement broyée.

Les gendarmes de la section de recherches de Reims, qui ont pu identifier le corps grâce à ses vêtements et au témoignage de ses proches, orientent désormais leur enquête sur Paris, en particulier dans le milieu kurde. La mort de Mehmet Firat pourrait, selon les premières pistes, avoir un lien avec une rencontre amoureuse.

Source info et photo : L’Union / Franck Brenner







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


un + = trois









Connexion