A La Une » Faits Divers » Meurtre » Disparition de Fatima : le mari écroué après la découverte du corps

Meurtre



Disparition de Fatima : le mari écroué après la découverte du corps

jeudi 16 mai 2013 à 9 h 45 min | Aucune réaction

Le corps de Fatima Bachiri, une jeune femme de 32 ans disparue en juillet 2010 à Saint-Etienne, a été découvert ce dimanche dans les bois entre Chambles et Périgneux, dans la Loire.

Ce sont des randonneurs qui ont découvert le squelette. Le corps, déterré par des animaux, était enseveli à 80 cm sous terre. Selon les premiers examens, la victime présentait d’importantes blessures au niveau du crâne.

Farouk Bachiri, le mari de Fatima, a été interpellé puis placé en garde à vue mercredi matin. Cet ouvrier du bâtiment, actuellement sans emploi, a ensuite été écroué dans la soirée après avoir été mis en examen pour assassinat. Il n’a pour le moment passé aucun aveux.

Le vendredi 2 juillet 2010, Fatima Bachiri devait récupérer ses deux filles de 10 et 12 ans à l’école de Beaulieu, mais elle ne s’était pas présentée à l’heure de la sortie des classes. Sans nouvelles de la jeune femme, son père ainsi que son mari avaient signalé sa disparition quelques jours plus tard.

Le 9 juillet, le parquet lançait un appel à témoins pour disparition inquiétante. Puis dix jours plus tard, les recherches n’ayant rien données et face aux multiples indices accumulé par les enquêteurs, une information judiciaire était ouverte pour assassinat.

Le 13 aout 2010, Farouk Bachiri se disait prêt à lui pardonner si elle était partie volontairement.

Le couple vivait dans un petit appartement de la Dame-Blanche depuis sept mois.

Fatima Bachiri, d’origine algérienne, était arrivée en France avec ses deux filles en fin d’année 2009. Les rapports entre le mari et sa belle-famille étaient tendus.


Termes relatifs à cette page: , , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)

Pour commenter cet article, vous devez être connecté à votre compte LibertaLand Infos.









Connexion