A La Une » Faits Divers » Meurtre » Retraités tués à Châteauneuf-de-Gadagne : le gendre libéré

Meurtre



Retraités tués à Châteauneuf-de-Gadagne : le gendre libéré

jeudi 4 avril 2013 à 19 h 15 min | Aucune réaction

Alexandre Tridant, le gendre du couple de retraités tués fin janvier dans leur maison de Châteauneuf-de-Gadagne, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Cet homme de 35 ans, employé comme agent polyvalent dans deux collèges du département du Vaucluse, était incarcéré depuis le 6 mars dernier à la suite du double meurtre de Saad et Monique Merabet, ses beaux-parents âgés de 74 et 75 ans.

Alexandre Tridant était considéré comme le principal suspect dans cette terrible affaire. Mis en examen pour double homicide volontaire et destruction volontaire par incendie, il a pourtant depuis le début de l’enquête toujours nié les faits qui lui étaient reprochés. Au vu des nouveaux éléments apportés par la défense, les deux juges d’instruction en charge du dossier ont donc ordonné sa libération.

Le parquet d’Avignon a aussitôt fait appel de cette décision puis a déposé un référé en détention. Mais la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Nîmes a confirmé ce jeudi la libération d’Alexandre Tridant. L’inculpé est donc libre, mais soumis à un contrôle judiciaire qui lui empêche notamment de se rendre à Châteauneuf-de-Gadagne.

Preuves de son innocence

Lors de sa garde à vue, Alexandre Tridant n’avait pas été très convaincant sur son emploi du temps du 26 janvier 2013, soir où les deux retraités ont été battus à mort. Aujourd’hui, il avoue être sorti vers 18 heures puis s’être rendu au Thor pour se fournir en stupéfiants. A 19h17, « il sortait de l’Intermarché du Thor, un ticket de caisse le prouve », affirme Me Lemaire, son avocat. Et enfin, à 19h29, Alexandre a téléchargé une vidéo sur ordinateur, depuis chez lui. De plus, les témoins qui disent l’avoir vu sur les lieux du drame ont donné une description de sa tenue qui ne colle pas avec ce qu’il portait ce jour-là.

Les gendarmes de la section de recherches de Marseille poursuivent donc leur enquête. Ils se penchent notamment sur le portrait-robot établi par des témoins qui disent avoir vu un homme peu avant les faits. Cet individu aurait posé beaucoup de questions au voisinage sur Saad Merabet avant de disparaître.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ un = deux









Connexion