A La Une » Justice » Meurtre de Mohamed Laidouni : de 5 à 20 ans de prison

Justice



Meurtre de Mohamed Laidouni : de 5 à 20 ans de prison

samedi 20 avril 2013 à 9 h 34 min | Aucune réaction

Les huit jeunes des Mureaux accusés du meurtre de Mohamed Laidouni ont été condamnés ce vendredi soir par la cour d’assises de Versailles à des peines allant de cinq à vingt ans de prison.

Mohamed Laidouni, imprimeur de 30 ans sans histoire, est mort sous les yeux de sa femme et de sa mère le 27 juin 2010 après avoir été lynché suite à un banal accrochage au bord de l’autoroute A13 à hauteur de Chapet (Yvelines).

Après avoir délibéré pendant plus de 10 heures, la cour d’assises des Yvelines a finalement condamné Dominique Correa, Kamel Bouccena et Mody Sarr, à 20 ans de réclusion criminelle pour meurtre. Ismael Seghna, reconnu coupable d’homicide volontaire, a écopé de 18 ans de prison. Mariem Abassi, la conductrice de la voiture qui avait eu l’accident, a été condamnée à quatre ans de prison dont un avec sursis pour violence volontaire.

Les peines prononcées sont toutefois inférieures aux réquisitions du parquet, qui réclamait jusqu’à 30 ans de prison, estimant que les accusés étaient bien animés de « la volonté de tuer » et que Mohamed Laidouni n’était pas mort « d’une mauvaise chute ».

Les huit hommes accusés du meurtre de Mohamed Laidouni sont restés impassible à l’énoncé du verdict. Un verdict rendu dans une salle d’audience remplie d’une cinquantaine de policiers. Une centaine d’autres policiers, CRS et gendarmes avaient également été déployés autour du tribunal correctionnel de Versailles pour prévenir d’éventuels débordements.

Rappel des faits

Le 27 juin 2010, la famille Laidouni partait en vacances en Algérie à bord d’une Audi A4. Vers 1 heure du matin, leur voiture est entrée en collision avec une Renault Clio conduite par Mariem Abassi et son petit ami, Dominique Correa. Les automobilistes se sont alors garés sur la bande d’arrêt d’urgence à hauteur de Chapet, dans les Yvelines.

Les Laidouni expliqueront qu’ils voulaient établir un constat à l’amiable, mais Dominique Correa, très énervé, aurait rétorqué : « Vous voulez faire les Français, vous êtes morts! ». La famille croyant appeler la police, est tombé sur les pompiers de Magnanville en composant le 18. Pendant ce temps-là, Correa a appelé des renforts de la cité des Mureaux.

Trois voitures sont arrivées et huit jeunes gens en sont sortis. L’altercation a rapidement tourné au lynchage. Mohamed Laidouni a été projeté au sol et les agresseurs l’ont roué de coups de pied. Djamel, le frère de Mohamed, a été assommé. Son épouse a aussi essuyé des coups. Et pour finir, Mariem Abassi, en prenant la fuite, a roulé sur le pied d’Ali alors qu’il tentait de porter secours à son frère Mohamed, inconscient. Ce dernier a succombé à ses blessures.

Deux premiers suspects ont été interpellés sur l’autoroute A4. Les autres, rapidement identifiés par les enquêteurs de la sûreté départementale, se sont présentés à la police ou ont été interpellés les semaines suivantes.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)

Pour commenter cet article, vous devez être connecté à votre compte LibertaLand Infos.









Connexion