A La Une » Faits Divers » Meurtre » Meurtre de Saad et Monique Merabet : le gendre mis en examen

Meurtre



Meurtre de Saad et Monique Merabet : le gendre mis en examen

jeudi 7 mars 2013 à 6 h 34 min | Aucune réaction

Le gendre du couple de retraités tués fin janvier dans leur maison de Châteauneuf-de-Gadagne a été mis en examen hier soir pour homicides volontaires puis écroué.

L’homme, qui vivait avec la fille des deux victimes et leurs enfants, est soupçonné d’avoir battu à mort Saad et Monique Merabet, des retraités de 74 et 75 ans qui avaient été retrouvés morts le 27 janvier dernier dans leur maison en partie incendiée.

Le suspect, Alexandre Tridant, avait été interpellé mardi matin avec cinq autres personnes de son entourage. Au lendemain de la découverte des corps, une perquisition avait d’ailleurs été menée à son domicile à Gadagne. Divers pièces à conviction y avaient été saisies. Lors de sa garde à vue, l’homme a contesté avoir tué les retraités.

Il ne « reconnaît pas les faits, mais il y a un certain nombre d’éléments rassemblés par l’enquête qui permettent de l’accuser de ces crimes » a déclaré Bernard Marchal, le procureur de la République d’Avignon. Cet homme avait déjà intéressé les gendarmes dès le début de l’enquête. Il semblerait que les relations avec son beau-père n’aient pas toujours été au beau fixe.

Le mobile du crime serait l’argent

Saad et Monique Merabet étaient propriétaires de terrains situés en Algérie. Ils les avaient vendus à l’automne dernier. C’est à la suite de cette vente qu’une querelle aurait alors débuté entre eux et leur gendre. C’est en tout cas la thèse avancée par les enquêteurs, basée sur les déclarations du suspect.

Déjà condamné à quatre ans de prison pour trafic de drogue, Alexandre Tridant a ensuite été déféré au parquet d’Avignon. Il a été mis en examen pour double homicide volontaire et destruction volontaire par incendie. Dans la soirée, le suspect a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt du Pontet.

Les cinq autres personnes interpellées mardi matin, parmi lesquelles figurait la fille des victimes, ont toutes été entendues en tant que témoins. Aucune charge n’ayant été retenue contre eux, ils ont été remis en liberté.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


huit + = douze









Connexion