A La Une » Faits Divers » Meurtre » Meurtre violent à Carcassonne : un marginal tabassé à mort

Meurtre



Meurtre violent à Carcassonne : un marginal tabassé à mort

mardi 26 février 2013 à 7 h 57 min | Aucune réaction

Deux hommes de 45 et 31 ans, soupçonnés d’avoir battu à mort  une de leur connaissance jeudi dernier à Carcassonne, ont été mis en examen pour homicide volontaire en réunion.

Les deux suspects auraient violemment tabassé Christophe Anselme, un marginal de 42 ans, avant de le déposer aux urgences de Carcassonne. Une femme a également été mise en examen pour non-assistance à personne en danger.

L’affaire a débuté jeudi soir lorsque le trio a emmené la victime aux urgences du centre hospitalier Antoine Gayraud. Le jeune marginal, passablement amoché, présentait de graves lésions sur l’ensemble du corps. Ils auraient alors expliqué que cet homme venait d’avoir un accident et qu’une voiture lui avait roulé dessus. La victime n’a pas survécu à ses blessures.

Pendant ce temps, les trois protagonistes qui l’ont déposé prenaient précipitamment la fuite. Face à ce comportement, pour le moins bizarre, leur signalement a été largement diffusé aux forces de l’ordre. Ils ont été interpellés peu de temps après en ville pour une banale infraction au code de la route. Tous trois ont été placés en garde à vue.

En se rendant au domicile de l’un d’entre eux, dans le hameau de Montredon, au nord-est de Carcassonne, les policiers ont constaté que le logement était couvert de sang. Il y avait des traces d’hémoglobine du sol au plafond. Selon les premiers éléments de l’enquête, Christophe Anselme aurait été frappé à coups de pieds, de poings et de barre fer. Un déchaînement de violence qui ferait suite à une dispute, dont on ignore pour le moment le réel motif.

L’autopsie du corps réalisée hier à l’institut médico légale de Montpellier devrait en tout cas permettre de déterminer les causes exactes de sa mort. La victime vivait dans le quartier de Barbacane et connaissait ses agresseurs. Les deux principaux suspects ont d’ailleurs reconnu une partie des faits, mais ils se rejettent mutuellement la responsabilité. Ils ont été placés en détention provisoire. La femme de 41 ans, poursuivie pour non-assistance à personne en danger, a été laissée libre sous contrôle judiciaire.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


deux + huit =









Connexion