A La Une » Faits Divers » Meurtre » Meurtre d’un marocain à Prunelli : trois suspects interpellés

Meurtre



Meurtre d’un marocain à Prunelli : trois suspects interpellés

lundi 25 février 2013 à 19 h 03 min | Aucune réaction

Trois hommes ont été interpellés ce matin après le meurtre de Tahid Adaimé, un ouvrier agricole marocain tué dans la nuit de samedi à dimanche à Prunelli di Fium’Orbu, en Haute-Corse.

Les trois individus sont actuellement en garde à vue à la gendarmerie de Ghisonaccia et des perquisitions ont été effectuées à leur domicile. L’enquête s’oriente vers un vol à main armée qui aurait mal tourné.

Dimanche, vers une heure du matin, trois hommes cagoulés et armés de fusils à pompe se présentent chez Tahid Adaimé, au domaine agricole Acqua acitosa, dans le quartier d’Abazzia. Ils sont venus pour lui réclamer de l’argent. Mais l’altercation dégénère et un coup de feu éclate. L’homme, qui tente alors de s’enfuir, reçoit une décharge en pleine poitrine. Il est mort sur le coup.

Il semblerait que les voleurs aient eu le temps de lui faire les poches avant de prendre la fuite. C’est le frère de Tahid, témoin de la scène, qui a prévenu les gendarmes. Lui-même a reçu un coup de crosse dans les reins.

Parmi les trois personnes interpellées ce matin, deux sont également d’origine marocaine, issues du même quartier que la victime et déjà connus des services de police pour vol aggravé. Selon les premiers éléments de l’enquête, un premier logement de travailleurs se trouvant près des lieux du crime aurait été visité et fouillé, probablement avant le meurtre.

Quatre affaires similaires de travailleurs dépouillés à leur domicile ont été répertoriées ces derniers mois, notamment à Ghisonaccia et à Abbazia. A chaque fois, les voleurs seraient repartis avec quelques centaines d’euros.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ cinq = six









Connexion