A La Une » Justice » Meurtre de la petite Clara : 30 ans de réclusion pour le beau-père

Justice



Meurtre de la petite Clara : 30 ans de réclusion pour le beau-père

samedi 16 février 2013 à 9 h 12 min | Aucune réaction

Anthony Dubromel a été condamné hier à 30 ans de réclusion criminelle pour avoir battu à mort la petite Clara, 4 ans, dont le corps avait été retrouvé en février 2010 à Sainte-Marguerite-de-l’Autel, dans l’Eure.

« Donnez-moi le maximum, a-t-il demandé aux jurés. Il n’y a que ça à faire pour un salaud comme moi ». Cet homme de 42 ans a donc été reconnu coupable du meurtre de Clara, la fille de son ex-compagne.

A l’issue de trois jours d’un procès très tendu aux assises de l’Orne, Anthony Dubromel a été condamné à trente ans de réclusion assorti d’une période de sûreté de 20 ans. Les jurés ont été plus sévères que le parquet, qui avait requis de 27 ans de prison, dont 18 ans fermes. A l’énoncé du verdict, le prévenu s’est effondré en larmes.

Le drame avait eu le 10 février 2010, au domicile du couple à Glos-la-Ferrière, dans l’Orne. Ce soir-là, la mère de Clara, qui venait de rentrer du travail vers 22 heures, avait alerté les gendarmes. Son compagnon avait disparu avec sa fille, après avoir laissé un mot dans lequel il menaçait de se donner la mort. Au cours de la nuit, après d’intenses recherches, le corps sans vie de la fillette avait été retrouvé dans le coffre de la voiture de son beau-père, abandonnée sur un chemin forestier de Sainte-Marguerite-de-l’Autel, à une quinzaine de kilomètres de la maison familial. Clara, qui se trouvait dans un sac de couchage ensanglanté, portait de multiples traces d’ecchymoses et une plaie par arme blanche au front.

Quelques jours plus tard, Anthony Dubromel avait été retrouvé dans la cave d’un manoir de La Neuve-Lyre, dans l’Eure. C’est la propriétaire des lieux qui avait prévenu les gendarmes qu’un homme se trouvait là, prostré, en sang. Souffrant de deux blessures par arme blanche au ventre, il avait alors prétendu avoir été agressé. L’homme, complétement déboussolé, avait été conduit aux urgences de l’hôpital où il avait tenté de se donner la mort en s’étranglant.

À plusieurs reprises, dès le soir du drame, le beau-père de la fillette dit avoir tenté de mettre fin à ses jours. En percutant tout d’abord un arbre avec sa voiture, puis en se blessant au ventre avec un couteau, et enfin en avalant de l’eau de javel diluée avec des médicaments. En ce début de semaine, il a de nouveau essayé de se suicider. Malgré les doutes sur la tenue du procès, le président du tribunal a estimé que le suspect était apte à comparaître devant les assises.

Anthony Dubromel avait dans un premier temps reconnu le meurtre, sans pour autant être capable d’expliquer son geste. Il a ensuite affirmé n’avoir jamais eu l’intention de tuer Clara, évoquant notamment des accès de colère incontrôlés et une dépression. « Vous dites que vous ne vouliez pas tuer, mais que vouliez-vous en lui tapant la tête contre la baignoire, que vouliez-vous en la projetant au sol comme un pantin, la tête claquant sur le carrelage, que vouliez-vous en vous déchaînant sur elle avec des coups de pieds ? », a déclaré l’avocat général en détaillant une partie des violences subies par la fillette.

« M. Dubromel, vous êtes un lâche, lui lance un des avocats de la partie civile. Vous vous attaquez à un enfant. Vous n’assumez pas vos actes. Vous n’avez même pas le courage de vous suicider ». « La seule chose que je sais, c’est que je suis un monstre d’avoir fait ça » répond l’accusé en répétant sans cesse qu’il ne comprend pas pourquoi il a tué la fillette. Il a exprimé des regrets, mais a quitté le tribunal sans avoir demandé pardon à la famille de Clara. « Ce que j’ai fait, c’est impardonnable ».







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ huit = treize









Connexion