A La Une » Faits Divers » Meurtre » Cadavre carbonisé à Aizenay : il pourrait s’agir de Koffi Vimenyoh

Meurtre



Cadavre carbonisé à Aizenay : il pourrait s’agir de Koffi Vimenyoh

mardi 12 février 2013 à 8 h 43 min | Aucune réaction

Le corps calciné retrouvé samedi matin dans un champ près d’Aizenay pourrait être celui de Koffi Vimenyoh, un homme de 33 ans porté disparu depuis la nuit du 9 au 10 décembre, à La Roche-sur-Yon.

Le cadavre, en partie carbonisé, a été découvert samedi matin dans le champ d’un agriculteur le long de l’ancienne route de La Chapelle-Palluau près d’Aizenay, à 15 kilomètres au nord-ouest de la Roche-sur-Yon (Vendée).

Selon certains éléments de l’enquête, il pourrait s’agir du corps de Koffi Vimenyoh. Cet homme de 33 ans avait disparu dans la nuit du 9 au 10 décembre 2012. Un appel à témoins avait d’ailleurs été lancé par la police judiciaire de Nantes après que son téléphone ait activé une borne dans cette ville.

Samedi, les gendarmes de la section de recherches d’Angers ont passé les lieux de la découverte au peigne fin. Une autopsie du corps a été pratiquée hier afin de déterminer les causes exactes du décès. Les résultats devraient être connus dans les prochaines heures. Le parquet de la Roche-sur-Yon a ouvert une information judiciaire pour homicide.

Mise à jour : Le corps découvert enterré et en partie calciné est bien celui de Koffi Vimenyoh. D’après l’autopsie, il aurait été tué d’une balle dans la nuque. La victime, d’origine togolaise, était trempée dans divers affaires de stupéfiants. Il pourrait donc s’agir d’un règlement de comptes. Une information judiciaire pour enlèvement et séquestration suivie de mort a été ouverte.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


quatre + = sept









Connexion