A La Une » Justice » Agression des policiers à Champigny : il en agresse un autre à son procès

Justice



Agression des policiers à Champigny : il en agresse un autre à son procès

mardi 5 février 2013 à 8 h 56 min | Aucune réaction

Un homme de 35 ans, jugé pour avoir aspergé des policiers avec du white-spirit le 12 janvier dernier à son domicile de Champigny-sur-Marne, a de nouveau agressé un fonctionnaire de police lors de son procès hier au tribunal de Créteil.

Poursuivi pour violences volontaires sur personne dépositaire de l’ordre public et rébellion, ce père de famille a été condamné à cinq ans de prison dont un avec sursis.

L’homme, d’origine égyptienne, comparaissait ce lundi pour avoir jeté du white-spirit sur quatre policiers intervenus le samedi 12 janvier 2013 à son domicile pour des suspicions de violences conjugales. C’est l’épouse du prévenu qui avait alerté le commissariat de Champigny après avoir été menacée par son mari avec un couteau. Il avait ensuite sorti un briquet de sa poche, mais avait été maîtrisé juste à temps.

Parmi les sept policiers présents lors de l’intervention, trois avaient alors été conduits à l’hôpital, dont un sévèrement incommodé par une forte inhalation du produit toxique.

Jugé pour ces faits, le mari violent s’en est pris cette fois à un policier chargé de le surveiller dans le box. Après un vif échange verbal, il a tenté de lui donner un coup de poing et l’a griffé en plein milieu de l’audience qui a dû être suspendue.

Le prévenu a donc été condamné à cinq ans de prison dont un an avec sursis. Le ministère public avait requis trois ans ferme pour l’agression au white-spirit et un an pour celle commise lors du procès.







Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


+ un = dix









Connexion