A La Une » Faits Divers » Meurtre » Meurtre à Coirac : il brûle sa victime et découpe les restes

Meurtre



Meurtre à Coirac : il brûle sa victime et découpe les restes

lundi 5 novembre 2012 à 19 h 58 min | Aucune réaction

Nicolas Delbary, 32 ans, a été mis en examen pour avoir tué, brûlé, puis découpé une de ses connaissances le 13 août 2012 à Coirac, en Gironde.

Il est soupçonné d’avoir tué Stéphane Rivet, un quinquagénaire à qui il devait de l’argent. L’homme résidant à Floirac était porté disparu depuis l’été dernier. Le suspect a été mis en examen pour homicide volontaire et écroué au centre pénitentiaire de Gradignan.

L’affaire a débuté le 16 août dernier, lorsque les policiers du commissariat de Cenon sont avisés d’une disparition inquiétante. Les proches et amis de Stéphane Rivet, sans nouvelles de lui depuis trois jours, viennent de donner l’alerte. Quinze jours plus tard, le 30 août, les policiers retrouve la voiture de la victime stationnée sur le parking de la gare d’Arcachon. Des vérifications permettent d’établir que Nicolas Delbary s’est rendu en voiture dans cette ville avant de repartir en train. Commence alors de longues investigations.

Massacré pour une dette d’argent

Interpellé le mardi 23 octobre par les enquêteurs de la brigade criminelle, Nicolas reconnait avoir tué Stéphane Rivet. Il aurait expliqué, lors de sa garde à vue, avoir eu un différend avec la victime au sujet d’une dette d’argent. Stéphane aurait été en possession de 55.000 euros en billets de 500 euros, une somme d’argent provenant des économies d’un retraité de Floirac. Il aurait prêté 10.000 euros à Nicolas, et déposé le reste sur son compte bancaire. Les deux hommes ne travaillaient pas mais étaient amateurs de poker en ligne.

Impatient de récupérer son dû, Stéphane Rivet se serait rendu au domicile de Nicolas Delbary, le 13 août. Le ton serait alors rapidement monté entre les deux hommes et le cadet aurait finalement eu le dessus sur son créancier. Le meurtrier a avoué avoir frappé sa victime à coups de crosse d’arme de poing. Il a ensuite tenté de se débarrasser de son corps de manière assez improbable.

Un bûcher pour faire disparaître le cadavre

Pour tenter de faire disparaître le cadavre, il l’a brûlé derrière sa maison, située en pleine campagne. Un vaste bûcher qu’il a alimenté avec beaucoup de bois et un canapé. Tout n’ayant pas disparu, il a alors tenté de découper les restes en morceaux avant de les passer dans un stérilisateur à conserves. Il a ensuite répandu les dernières cendres dans les vignes et jeté les parties les plus importantes dans la Garonne.

Les policiers de la PJ de Bordeaux ont dû avoir recours aux services d’un anthropologue pour déterminer que les restes d’ossements retrouvés étaient bien ceux d’un homme. Quelques phalanges et des morceaux de crâne humain ont pu être récupérés au milieu des vignes.

Le meurtrier présumé, qui n’était pas connu des services de police, a été mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Gradignan.

© LibertaLand Infos






Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


deux + = dix









Connexion