A La Une » Faits Divers » Accident » Accident à Noisy-le-Grand : un enfant rom tué par une voiture

Accident



Accident à Noisy-le-Grand : un enfant rom tué par une voiture

jeudi 1 novembre 2012 à 7 h 44 min | Aucune réaction

Deux enfants de 12 et 15 ans issus d’une famille rom ont été percutés par une voiture mercredi soir à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis. Le plus âgé est décédé.

L’accident s’est produit peu avant 21 heures vers un campement de tziganes installés à proximité de la RN370. Un père de famille rentrait chez lui avec ses deux enfants lorsque soudain, un vélo monté par deux adolescents a surgi de nulle part.

Le conducteur n’a pu les éviter et a percuté le vélo. Il s’est arrêté immédiatement, mais il a été pris à partie par les occupants du camp de roms. Le mis en cause est donc reparti fissa et est allé se réfugier au commissariat de Noisy-le-Grand. Le test d’alcoolémie s’est révélé négatif.

L’adolescent de 15 ans est décédé lors de son transport, tandis que l’autre enfant, grièvement blessé, a été évacué vers l’hôpital dans un état critique. Les 150 habitants du bidonville se sont certes massés « le long de la route où ça s’est passé », mais c’était « simplement des familles qui voulaient comprendre » affirme Didier Cusserne, représentant du collectif de soutien aux Roms de Noisy, tout en ajoutant que « la police n’a voulu donner aucune information ni sur leur état de santé ni sur le lieu où ils avaient été amenés ».

Selon Michel Pajon, le maire de Noisy-le-Grand, au moins 600 Roms vivent en permanence sur le territoire de sa commune. « C’est un vrai souci pour nous », explique le maire PS, décrivant « des mamans avec des bébés de trois mois dans les bras qui mendient au feux rouges et des enfants roulant sur des vélos sans feux, créant des situations d’une dangerosité très préoccupante. Ca faisait un moment qu’on craignait le pire ».

Didier Cusserne explique de son côté que les habitants de ce campement « sont installés là depuis deux ou trois mois » après avoir été expulsés d’autres bidonvilles de la banlieue parisienne. Le propriétaire du terrain a demandé leur évacuation et une audience devant la justice est prévue dans une dizaine de jours.


Termes relatifs à cette page: , , , ,





Les lecteurs de LibertaLand ont la parole/  Se connecterS'inscrire  

Tout propos violents, racistes, à caractère sexuel, diffamatoires, injurieux ou grossiers sont interdits. LibertaLand Infos se réserve le droit de refuser ou de supprimer toute réaction dont le contenu serait susceptible de porter atteinte à la personne ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur en France.

Voir les conditions générales d'utilisation

Réagissez à cet article

(Pour poster un commentaire, il n'est pas nécessaire d'être inscrit)


huit + = seize









Connexion